Photographie : DES HÉROS AFRICAINS EXPOSÉS À LA PYRAMIDE DU SOUVENIR

Après le succès éclatant de la première édition, tenue en 2007, le ministère de la Culture, à travers la direction de la Pyramide du souvenir, a initié depuis le 20 décembre dernier une exposition photographique pour la mémoire et pour l’avenir intitulée: «Il était une fois les pères, pionniers et combattants de l’indépendance, de la liberté et de la démocratie».

L’exposition restera jusqu’au 31 janvier prochain. Elle a pour objectif de faire découvrir ou redécouvrir les figures emblématiques du continent africain, conformément à sa mission de perpétuer la mémoire des martyrs et de faire connaitre les leaders de la glorieuse page de l’histoire des pays africains.
Le vernissage de l’exposition s’est déroulé sous la direction du secrétaire général du ministère de la Culture, Andogoly Guindo, en présence de la directrice de la Pyramide du souvenir, Mme Fadima Coulibaly. Etaient aussi présents, le commissaire de l’exposition Modibo Diallo, un beau parterre de personnalités politiques, des artistes et des étudiants. Après 6 mois de fermeture, la Pyramide du souvenir invite le public à découvrir les glorieuses pages de l’histoire africaine à travers une quarantaine de photographies en noir et blanc des figures de proue de notre continent. Les images exposées illustrent le portrait des héros de la lutte des indépendances, renseignées par des légendes qui les présentent sommairement. Elle est mise à la portée des visiteurs pour retracer les mouvements des hommes et femmes qui ont consacré leur vie à la lutte contre l’esclavage, l’injustice et la liberté des peuples opprimés.
La majeure partie des photographies traite de portait d’hommes et femmes engagés pour la paix. On peut retenir des noms comme Nelson Mandela, Modibo Keita, Fily Dabo Sissoko, Hamani Diori, Gamal Abdel Nasser, Aoua Keita, Léopold Sédar Senghor, Ahmed Sékou Touré, Félix Houphouët Boigny, Habib Bourguiba, Aline Diatta et la révolte Mau-Mau de 1950 (un mouvement insurrectionnel au Kenya). Dans son intervention, le secrétaire général du département de la Culture a mis l’accent sur l’engagement de son département en faveur de la consolidation de la démocratie et de l’aspiration forte des pères de l’indépendance. «La liberté des peuples africains est avant tout une lutte pour l’autonomisation de l’Afrique face à un système colonial qui a su semer les germes de la domination sous plusieurs aspects», a souligné Andogoly Guindo. «A travers cette exposition, nous célébrons des illustres Africains aux parcours et destin exceptionnels. Elle marque des hauts faits et des grands moments de notre passé récent. C’est aussi une exposition d’hommage pour les martyrs qui ont accepté le sacrifice suprême pour notre liberté, dignité et démocratie», a-t-il commenté.
Pour Mme Fadima Coulibaly, cette exposition s’inscrit dans la poursuite de la mission de la Pyramide du souvenir qui consiste à créer un lien entre la nouvelle génération et le passé afin de préparer le présent et mieux entrer dans le futur. Quant au commissaire de l’exposition, il a invité la jeunesse à vivifier le souvenir de la lutte pour l’indépendance mais aussi pour la liberté et la démocratie. Pendant plus d’un mois, l’exposition restera sur les murs de la Pyramide du souvenir pour témoigner l’engagement en faveur du développement et de la démocratie au Mali.

Amadou SOW

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *