Ouverture hier de la conférence régionale sur le financement climat décentralisé au Sahel: Vers la promotion d’un développement économique adapté aux changements climatiques

Comme prévu, la conférence régionale sur la décentralisation des fonds climat a été ouverte hier mercredi 25 avril, dans les locaux de l’hôtel de l’Amitié de Bamako. Le thème retenu pour cette rencontre est  » expériences et opportunités de mise à échelle des mécanismes de financement décentralisé pour une adaptation efficace des collectivités territoriales aux changements climatiques au Sahel  « .

 

Durant deux jours, plusieurs thématiques visant à atténuer le phénomène lié aux changements climatiques seront débattues par les participants. Rappelons que cette conférence régionale est organisée par l’Agence Nationale d’Investissement des Collectivités Territoriales (ANICT) en partenariat avec la Near East Foundation (NEF), membre du consortium Décentralisation des Fonds Climat (DFC). Cette rencontre bénéficie du soutien financier du Département d’aide du gouvernement Britannique (UKAid), à travers le programme BRACED (Building Resilience and Adaptation to Climate Extremes and Disasters).

La conférence  se déroulera en sept sessions avec des présentations en plénière et des panels d’experts. Le but est d’amener les parties prenantes, qui travaillent au Mali et au Sénégal, à partager leurs expériences et apprentissages afin d’identifier les stratégies viables que les pays du Sahel peuvent adopter pour promouvoir un développement économique adapté aux changements climatiques au Sahel. Il s’agit également de contribuer à la préparation d’un plaidoyer pour soutenir le processus d’accréditation de l’ANICT au Fonds vert pour le Climat.

Selon le Secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Baba Hamane Maiga, cette conférence a été d’une satisfaction totale, car la communauté internationale s’est mobilisée autour du problème des changements climatiques. Selon lui, le financement climatique constitue la seule opportunité offerte aux pays les moins avancées pour faire face au nouveau défi mondial qui est  le changement climatique.

Et ce financement se fait grâce aux transferts de fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables pour favoriser l’investissement dans des projets de réduction des émissions de carbone et l’adaptation aux changements climatiques dans les pays en développement. A l’en croire, ce phénomène ne relève plus du doute. Il est présent et se fait sentir à  travers les amplitudes, la rareté des pluies qui affecte les communautés locales du Sahel. Avant d’adresser ses vifs remerciements aux différents partenaires techniques et financiers, il a précisé qu’un premier fonds a été reçu grâce à la décentralisation dans la lutte contre le changement climatique.

Il a exhorté ainsi  les participants  et les communautés locales venus d’autres pays africains à proposer des programmes structurants qui puissent réellement lutter contre le changement climatique et promouvoir un développement durable.

Aminata Kébé, Stagiaire

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *