Oraison funèbre pour les militaires tombés à Nampala

Excellence Monsieur le président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des armées ;

ibrahim boubacar keita ibk president malien hommage funeraille soldats mort nampala nord mali

Honorable invités, en vos rangs, grades et qualités, tout protocole observé ;

 Nous voilà réunis par la volonté du Tout-Puissant pour accomplir un devoir douloureux et difficile, mais tout à fait honorable, qui est celui de retracer brièvement la carrière de nos dix sept (17) compagnons d’armes qui viennent de tomber sur le champ de l’honneur, armes à la main, en défendant l’intégrité de notre chère Patrie. Ils appartenaient essentiellement à la 2ème Région militaire de Ségou, où ils vivaient avec leurs familles. Beaucoup d’entre eux appartenaient à l’Armée Blindée et Cavalerie, et un bon nombre était à fleur d’âge. Pour des raisons de force majeure, deux (02) d’entre eux ont été inhumés sur le théâtre des opérations. J’ai nommé : les caporaux Adama Zongo, MLE 33391 du 214ème Escadron de Reconnaissance et Sidy Coulibaly,  MLE 35109 de la 217èmeCompagnie de Soutien de Markala.

S’agissant de frères d’armes morts au combat, nous les nommerons, des militaires du rang aux sous-officiers supérieurs.

2ème Cavalier Souleymane Maré, MLE 49490 du 214ème Escadron de Reconnaissance. Né le 17 août 1992 à San, fils de Hamidou et Safiatou  Daou, il a été incorporé dans l’armée le 19 juin 2013. Il a été successivement affecté à la 211èmeCompagnie de Commandement d’Appui et de Services ; au 214ème ER, avant de rentrer dans la composition du Groupement Tactique Inter armes N°6 de Nampala.

2ème Classe Issa Diarra N°2, matricule 50329 de la 213ème Compagnie d’infanterie motorisée. Il est né le 27 mars 1993 à Kayes ; fils de Souleymane et d’Astan Coulibaly. Il a été incorporé dans l’armée malienne le 19 juin 2013 comme engagé volontaire. De la 213ème Compagnie d’infanterie motorisée, sa première unité d’affectation, il est désigné pour rentrer dans la composition de la relève du poste de Nampala.

 

2ème Classe Nouhoum Mounkoro, MLE 48112 du 373ème Escadron de Transport Mixte. Il est né à Bamako en 1994, de Vambé et de Havan Koné.  Il a été incorporé dans l’armée malienne comme engagé volontaire le 19 juin 2013. Après le Centre d’instruction, il fut affecté au 373ème ETM de Kati, avant d’être désigné pour une mission à Nampala.

1er Cavalier Idrissa Barassou Diarra, Mle 44 712 du 214ème Escadron de Reconnaissance, né le 20 avril 1990 à Kati, fils de Tiécoura et de Sira TRAORE. Incorporé dans l’armée malienne le 1er novembre 2010, il fut affecté successivement à la 217ème CSM, 224ème ER, avant de rentrer dans la composition du GTIA-6 de Nampala.

Caporal Aly Mounkoro, Mle 36 997 de la 211ème Compagnie de Commandement d’Appui et de Services. Il est né le 20 juin 1987 à Baradougou (San). Fils de Korimbé et de Hawa Mounkoro, il est engagé volontaire le 1er septembre 2006. Il fut affecté successivement à la 311ème CCAS, à la 121ème CCAS, à la 721ème CCAS, à la 512ème CIM et enfin, à la 211ème CCAS où il fut désigné pour rentrer dans la composition du GTIA-Balanzan et ensuite du poste de Nampala.

Caporal Bouréma Sawadogo, Mle 35 377 de la 217ème Compagnie de Soutien de Markala. Il est né le 12 juillet 1984 à Markala, fils de Mahamadou et de Fatoumata Traoré. Il a été incorporé comme engagé volontaire le 20 juin 2005, puis affecté à la 217ème Compagnie de Soutien de Markala pour compter du 15 janvier 2006.

Caporal Mamoutou Naco, Mle 39 189 de la 216ème Compagnie de Soutien et d’Instruction de Banancoro. Il est né vers 1988 à Ouan-Markala, fils de Baba et d’Aminata Confourou. Il a été incorporé dans l’armée malienne comme engagé volontaire en novembre 2007. Du Centre d’instruction, il fut affecté à la 216ème Compagnie de Soutien et d’Instruction de Banancoro, avant d’être désigné pour rentrer dans la composition du poste de sécurité de Nampala.

Caporal Zakaria Coulibaly, Mle 36 226 de la 217ème Compagnie de Soutien de Markala est né le 29 septembre 1987 à Markala ; fils de Fassiriman et de Maïmouna Coulibaly. Il a été incorporé dans l’armée comme engagé volontaire le 1er septembre 2006. Il est affecté à la 112ème CIM de Tessalit, puis à la 217ème Compagnie de Soutien de Markala pour compter du 1er juillet 2008.

Caporal Ibrahim Khalil Touré, Mle 41 118. Il est né en septembre 1987 à Koulikoro ; fils de Mamadou et de Alimata Maïga. Il a été incorporé  comme engagé volontaire le 15 décembre 2007. Du centre d’instruction, il fut affecté à la 217ème Compagnie  de Markala pour compter du 25 mars 2008.

Caporal Adama Zongo, Mle 33391 du 214ème Escadron de Reconnaissance. Il est né le 27 août 1979 à Bamako ; fils d’Amadou et de Fatoumata Diakité. Il a été incorporé dans l’armée malienne le 13 juin 2000. De la 311ème CCAS/Centre d’instruction de Kati, il fut affecté successivement au 514ème Escadron de Reconnaissance de Tombouctou ; au 123ème ER de Kidal  et enfin, au 214ème ER de Ségou pour compter du 13 mars 2007, où il fut désigné pour la relève du poste de Nampala.

Caporal Sidy Coulibaly, Mle 35109 de la 217ème Compagnie de Soutien de Markala. Il est né le 20 juillet 1986 à Nioro du Sahel ; fils de Omégué et de Bibatou  Konaté.  Il a été incorporé comme engagé volontaire le 20 juin 2005 ; puis il fut affecté à la 217èmeCompagnie de Soutien de Markala pour compter du 15 janvier 2006.

Sergent Yaya Traoré, Mle 30241 de la Compagnie de Soutien de Markala. Il est né vers 1975 à Sanwa ; fils de Niapégué et de Mata Thiénou. Il a été incorporé comme engagé volontaire le 1er novembre 1994, et fut affecté à la 211ème Compagnie de Commandement d’Appui et de Services de Ségou et à la 217ème Compagnie de Soutien de Markala, avant de rentrer dans la composition de la relève du poste de Nampala.

Sergent-chef Moussa Samaké, Mle 33092 de la 216ème Compagnie de Soutien et d’instruction de Banancoro. Il est né le 6 novembre 1978 à Ségou ; fils de Seydou et d’Astan Samaké. Il a été incorporé dans l’armée  comme engagé volontaire le 12 juin 2000. Puis, il reçoit les affections  suivantes : 611ème CCAS de Sévaré ; 522ème CIM à Goundam ; 216ème CSI à Banancoro ; 811ème CCAS à Sikasso au compte du GTIA Elou, avant d’être réaffecté à la 216ème CSI, où il fut désigné pour rentrer dans la relève du poste de Nampala le 29 avril 2016.

Sergent-chef Abdramane Coulibaly, Mle 28688 du 214ème Escadron de reconnaissance. Il est né le 17 août 1974 à Kayes ; fils de Mamadou et de Kletiémé Dembélé. Il a été incorporé dans l’armée le 1er août 1993 et il fut affecté successivement à la 211èmeCCAS/Centre d’instruction de Ségou ; au 233ème Escadron de Chars de Sévaré ; au 123ème ER de Kidal et au 214ème ER de Ségou. En fin de séjour au grand nord, il rentra dans la composition du Groupement Tactique n°6 de Nampala.

Sergent-chef Souleymane Diakité, Mle 28352 de la 213ème Compagnie d’Infanterie Motorisée. Il est né le 30 avril 1972 à Kayes ; fils de Tom Koura et d’Assétou Diarra. Il est incorporé dans l’armée malienne comme engagé volontaire le 1er août 1993. Il recevra les affectations suivantes : la 412ème CIM à Kayes en 1994, la 121ème CCAS de Kidal en 1997, la 612ème CIM de Sévaré en 1999, la 311ème CCAS de Kati en 2004 et enfin, la 213ème CIM de Ségou, où il fut désigné pour rentrer dans la composition de la relève de Nampala.

Sergent-chef Almousstapha Fané, Mle 34 713 de la 217ème Compagnie de soutien Markala. Il est né le 9 avril 1960 à Bamako ; fils de Mama et Massitan Koné. Il fut incorporé dans l’armée malienne le 27 décembre 2001. Il fut successivement affecté à l’infirmerie de garnison de la Garde nationale à Bamako en 2002, à l’infirmerie de garnison de Ménaka en 2003, à l’infirmerie de garnison de Gao en 2007 et enfin, à l’infirmerie de garnison des Ateliers centraux de Markala en juin 2012, où fut désigné en mission à Nampala.

Adjudant-chef Alphousseyni Koné, Mle 25 552 du 214ème Escadron de reconnaissance. Il est né vers 1965 à Dioïla ; fils de feu Namakoro et de Nantènè Kéïta. Il a été incorporé dans l’armée malienne le 7 octobre 1985, il a été successivement affecté à la 311èmeCCAS/Centre d’instruction de Kati, au 351ème ER de Kati, au 352ème ER, puis au 123ème ER de Kidal dans la relève du grand Nord. Il prolongera son séjour et recevra les affectations suivantes : 134ème ER de Gao en 1997, 123ème ER de Kidal qui devient 723ème ER et enfin, au 214ème ER de Ségou, avant de rentrer dans la composition du GTIA-6 Nampala.

Voilà rappelée, de manière succincte, la carrière nos camarades tombés à Nampala. Chacun représente une famille endeuillée avec des veuves, des orphelins et des amis profondément attristés. Chers compagnons, votre sacrifice ne restera pas vain dans cette longue lutte que les Forces armées maliennes continueront à mener pendant un certain temps encore, pour défendre notre Patrie. La Nation malienne toute entière vous exprime sa plus grande Reconnaissance pour le sacrifice consenti. Dormez en paix, chers compagnons d’armes et que la terre vous soit légère. Amen !

(Source : DIRPA)

Hommage national aux militaires tombés à Nampala :

 

Aux hommes d’honneur, la Nation reconnaissante !

 

Le  jeudi 21 juillet 2016, le président de la République, chef de l’Etat,  chef suprême des armées, Ibrahim Boubacar Keïta, a présidé la cérémonie d’hommage national organisée en mémoire des militaires tombés sur le champ de l’honneur à Nampala, le 19 juillet 20016. C’était en présence du Premier ministre, des membres du gouvernement, des présidents d’Institutions, des députés de l’Assemblée nationale, des chefs de missions diplomatiques, des autorités régionales, des chefs d’états-majors et des directeurs de services, des parents des victimes ainsi que de plusieurs personnalités politiques, coutumières et traditionnelles.

 Toute la Nation malienne a rendu, le jeudi 21 juillet 2016, un dernier hommage national aux militaires victimes de la lâche attaque perpétrée contre le détachement de Nampala, une localité située au centre de notre pays, dans la région de Ségou. La cérémonie était présidée par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, au camp militaire Ahmadou Sékou Tall de Ségou, en présence du chef du gouvernement, Modibo Kéïta ; de plusieurs ministres, des présidents d’institutions de la République et la chaîne du commandement militaire.

C’est aux environs de 5 h00, très tôt le mardi 19 juillet 2016, que des ennemis de la paix ont attaqué, d’une manière inqualifiable, le détachement militaire de Nampala,  faisant  17 morts, plusieurs  blessés et causant des dégâts matériels inestimables. Après avoir décrété, lors du Conseil des ministres de mercredi 20 juillet 2016, un deuil national de trois jours et l’état d’urgence pour trois mois, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, s’est rendu le jeudi 21 juillet 2016 à Ségou où il a présidé, au camp militaire Ahmadou Tall, la cérémonie d’hommage national organisée en mémoire des vaillants militaires tombés à Nampala.

C’est dans une atmosphère pleine d’émotions que s’est déroulée cette cérémonie funèbre, en présence des parents des victimes meurtris, du chef de la Minusma, Mohamed Saleh Annadif ; de l’Ambassadeur de France au Mali et des autorités régionales. À son arrivée à Ségou en début d’après-midi, la délégation présidentielle a rendu visite aux blessés à l’hôpital régional de Ségou pour s’enquérir de la situation des blessés. Il ressort de cette visite que la vie des blessés est hors de danger, aux dires des spécialistes de la santé. Ensuite, le président de la République, accompagné du Premier ministre, s’est rendu au camp militaire vers 15h00 pour rendre un hommage solennel aux héros tombés à Nampala.

Après avoir été accueilli à l’entrée du camp militaire par le ministre de la Défense, Tiéman Hubert Coulibaly, avec à ses côtés le chef d’état-major général des armées, le général Didier Dacko, et le commandant de la 2ème région militaire, le colonel-major Tackni, le président IBK est allé s’incliner sur chacune des dépouilles des militaires morts aux combats, avant de s’installer à la tribune officielle. Puis, la suite de la cérémonie a été annoncée par le maître de cérémonie, le lieutenant-colonel Alou Traoré, directeur zonal des Transmissions des armées.

La cérémonie a été marquée par une marche funèbre pour l’installation des corps, l’allocution du Grand Chancelier des Ordres nationaux, la décoration à titre posthume des victimes, la remise des médailles du détachement de Diabaly, la lecture de l’oraison funèbre, l’adresse du président de la République, IBK, en bamanan et en français, la prière mortuaire. Elle a pris fin par l’inhumation des corps au cimetière du camp militaire de Ségou. Toutes les victimes ont reçu, à titre posthume, la Croix de la valeur militaire.

Aussi, le ministre de la Défense et des Anciens combattants a remis 59 médailles du Mérite militaire au commandant de la 2ème région militaire pour le renfort dépêché à Nampala, commandé par le capitaine Abel Poudiougou. Il est à préciser que sur les 17 militaires tués, deux ont été inhumés sur le terrain pour des raisons de force majeure. Quinze corps ont été inhumés au cimetière du camp militaire de Ségou. Le plus jeune avait 22 ans. Il a intégré l’armée en 2013.

Dans une brève intervention en langue bamanan, le président de la République a indiqué que les ennemis du Mali sont allés très loin, cette fois-ci, en tuant lâchement ces 17 jeunes soldats à la fleur de l’âge. “Les peuples vivent souvent des moments lourds et difficiles. Nous sommes aujourd’hui à Ségou en deuil, pleurant nos enfants tombés au champ d’honneur. Certains avaient 20 ans, d’autres 40 ans. Ce 19 juillet fut leur dernière respiration dans cette vie. Peuple du Mali, puisses-tu éternellement t’en souvenir”, a-t-il déclaré. Il ajoutera que ces jeunes sont morts dans la plus noble mission : celle de la défense de la Patrie. Il a promis que la mort de ces jeunes ne restera pas impunie.

Le chef de l’Etat, poursuivant son intervention en bamanankan, dira que “toute vie n’est pas de dignité, la leur le fut jusqu’à l’heure ultime. Jeunes du Mali, nous sommes fiers de vous et nous n’allons pas tarder à répondre à cet acte barbare”. Le chef suprême des armées a réitéré sa totale confiance aux Fama qui sont, dit-il, à la hauteur des attentes et relèveront les défis sécuritaires auxquels le pays est confronté. «Jour et nuit, je remue terre et ciel à dire à nos amis que le Mali est vaste, le Mali est en guerre, il nous faut l’arme aérienne. L’arme aérienne est nécessaire pour notre défense. Nous ne sommes pas fabricants d’armes. Nous avons besoin de solidarité vraie et non mégotée».

Le président, très affecté par cet ignoble acte, a insisté sur la coopération militaire entre le Mali et les partenaires, laquelle coopération se doit d’être plus concrète. Pour lui, il faut une vraie solidarité de ceux qui se disent partenaires du Mali. Il dira en conclusion : «Je ne cesserai de me battre afin que l’armée du Mali soit à hauteur de mission pour défendre la Patrie».

À titre de rappel, en 2015, le détachement de Nampala avait fait l’objet d’une attaque similaire, où plusieurs soldats avaient été sauvagement tués. Cette année 2016, plusieurs tentatives d’attaques dirigées contre la même localité ont été déjouées par les Fama.

Nous présentons nos condoléances aux familles de ces braves militaires qui ont rempli leur serment en donnant leur vie à la Nation : ‘’…Si l’ennemi découvre son front, au-dedans ou au dehors, débout sur les remparts, nous sommes résolus de mourir…».

 

La REDACTION

Source :Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *