Offrir du sucre à sa belle-famille: UNE TRADITION ET NON UNE OBLIGATION

Le Ramadan est l’occasion pour les fidèles musulmans de s’attirer le maximum de bénédictions divines à travers de bonnes actions. Pendant ce mois de solidarité, de prières, d’abstinence, de pénitence, les fidèles musulmans apportent traditionnellement des paquets ou sacs de sucre à leurs belles-familles. C’est là un signe de respect et de considération et non un acte obligatoire.

Quid alors de ces assaisonnements de bouillie sacrée et de tisanes que certains apportent à leurs belles-familles. Si l’on en croit le griot Cheick Tidiane Diabaté du quartier de Daoudabougou, ce geste de solidarité sauvegarde les bons sentiments, la paix et la cohésion sociale entre les belles familles.
«Dans ce pays, la dignité du chef de famille se mesure au respect et à la considération témoignés à sa belle-famille, surtout en ce mois de Ramadan», explique le traditionnaliste, ajoutant que le fait d’offrir du sucre maintient la paix et l’amour entre les familles des conjoints.
Même perception chez le vieux Djakardia Coulibaly, fidèle de la mosquée de Kalaban, qui estime que ce don favorise le rapprochement entre deux belles-familles et la parfaite entente entre la femme et son époux. «J’ai six filles et tous mes beaux-fils m’ont déjà envoyé du sucre. Je suis très fier d’eux», a-t-il commenté.
La ménagère Fanta Diakité est, elle, convaincue que le don de sucre soude les familles. Heureuse d’avoir reçu du sucre et de l’argent de la part de ses beaux-fils, Wassa Diarra, mère de trois filles mariées, ne tarit pas elle aussi de commentaires sur cette pratique qui, affirme-t-elle, procède non d’une obligation mais d’une tradition. «Ce don est la preuve que l’entente règne entre mes beaux-fils et mes filles. C’est un geste de haute portée sociale», a-t-elle assuré.
La vieille Fatoumata Sidibé magnifie le don de sucre comme un acte salutaire. Selon elle, ce geste contribue au raffermissement du tissu social et maintient toujours la paix entre les familles.
«Quand je reçois du sucre, ça veut dire que mes filles sont dans de bonnes conditions chez leurs maris. C’est un signe de reconnaissance», a déclaré la vieille dame.
Travaillant dans un service public, Seydou Coulibaly se prépare chaque année à offrir des sacs de sucre aux familles de ses deux épouses.

Amsatou Oumou TRAORÉ

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *