Occupation de la place de l’indépendance : L’Etat s’assume

A l’image de la « Place Tahrir » en Egypte, les militants du M5-RFP ont tenté de transformer la place de l’Indépendance de Bamako en poumon de la contestation. Projet auquel l’Etat a aussitôt mis fin.

 

Malgré la main tendue du Président Kéita, sa disponibilité à former un gouvernement d’union nationale, le remembrement de la Cour Constitutionnelle dont la mission urgente est de se pencher sur les contentieux électoraux en cours, l’imam Mahmoud Dicko et ses poulains ont préféré la rue que l’arbre à palabre. Mardi 11 Août dernier, ils ont encore investi la Place de l’Indépendance pour réitérer leur demande de démission du Président IBK et son régime.

Contrairement aux manifestations précédentes, celle du mardi dernier  a failli se solder par une occupation  anarchique de la Place de l’Indépendance de Bamako. En effet, les manifestants du M5-RFP ont, après la manifestation, passé la nuit audit lieu jusqu’au lendemain mercredi 12 août 2020.

Cette nouvelle donne fait suite aux multiples échecs de faire démissionner le Président de la République IBK et son régime et à la désobéissance civile, mal expliquée, qui a conduit certaines des leurs sous les verrous de la prison pour « cas de fragrant délit », selon le Ministre de la Justice, Me Kassoum Tapo, Garde des Sceaux.

Certes, les manifestations ont réussi l’exploit de passer leur premier nui à ladite place, alors que l’autorisation de Gouverneur du District de Bamako ne s’étend pas jusqu’au lendemain. Comme la place Tahrir, la Place de l’Indépendance est à la jonction de plusieurs axes importants. L’occupation intemporelle d’une telle Place entravera la libre circulation des personnes et peut être un épicentre d’insécurité en cette période de terrorisme. Mais l’Etat n’a pas tardé.

De fait, les inconditionnelles du M5-RFP seront réveillés par des gaz lacrymogènes des Forces de l’ordre et de Sécurité qui ont libéré les lieux. Depuis mercredi nuit, les forces de l’ordre occupent la place. Deux anti-émeutes sont bien positionnées… Ceci répond aux mises en garde du Président IBK qui avait, à la veille de la Tabaski, averti : « L’État va s’assumer ».

C.A

L’Observatoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *