Nioro du Sahel : Opération transparence du compte administratif 2012

La ville de Nioro du Sahel a abrité, le 29 octobre dernier, la cérémonie de restitution publique du compte administratif 2012 du conseil de cercle. C’était dans la cour de l’institution en présence des autorités politiques et administratives, des chefs de services techniques, des représentants de la société civile et d’une foule de citoyens et sous la présidence du préfet du cercle représentant le gouverneur de région.

 

Durant cette restitution publique, les 33 conseillers du cercle ont présenté le bilan annuel du Pdsec et la contribution des communes, précisé les services administratifs rendus et établi le bilan des recettes, impôts, taxes et dépenses effectuées.

 

L’exposé bilan du 1er vice-président du conseil de cercle, Moussa Camara, établit qu’en section financement, le total des recettes s’élève à 237,4 millions Fcfa sur une prévision de 346 millions Fcfa. Les dépenses totalisent, elles,  237,2 millions Fcfa.

 

Alors que la prévision des investissements s’élevait à 183 millions Fcfa, les recettes se chiffrent à seulement 5,1 millions Fcfa tout comme les dépenses.

 

L’analyse de ces chiffres démontre l’extrême faiblesse des ressources avec des niveaux de réalisation en deçà de la moyenne. Cette faiblesse s’explique par la crise qui a affecté notre pays en 2012 et par le fait que les ressources proviennent essentiellement des retenues opérées sur les impôts et taxes des communes victimes eux aussi de sérieux problèmes de rentrée fiscale.

 

Malgré les difficultés rencontrées, le conseil de cercle de Nioro a pu, en 2012, recruter 66 enseignants dont 33 spécialistes, acheter des fournitures scolaires et de tables bancs, installer des bornes fontaines dans 12 communes sur 16 du cercle, financer la référence évacuation, la campagne de reboisement, et appuyer l’organisation socioprofessionnelle du cercle.

 

Les communes de Gogui, Trougoumbé et Gadiaba Kadiel se sont classées successivement 1er 2è et 3è en matière de recouvrement des taxes.

Source: Amap

SOURCE: Soir de Bamako
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *