Mots pour maux: usage abusif des réseaux sociaux par les Maliens, un ‘’ symbole de notre lâcheté’’ ?

Face aux promesses creuses de nos autorités, les réseaux sociaux sont devenus, ces temps, les lieux de confidences, de défoulement et même d’espoir pour certains. Pourtant, face à la problématique aussi bien dégagée, Me Boubacar Karmoko Coulibaly pense, contrairement à beaucoup de Maliens, que ‘’Dieu duquel tout procède’’ ne ‘’descendra’’ pas ‘’pour tout niveler, tout réguler sur la terre de Soudan Niaré’’.

 

Discours sur discours, rien que des discours, toujours des discours, les uns plus affligeants et plus creux que les autres.

Prompt à réclamer le droit d’inventaire et la reddition des comptes à sa seule classe politique, à l’exclusion de tous les autres corps sociaux, le peuple malien se trompe lourdement en pensant que Dieu duquel tout procède descendra tout niveler, tout réguler sur la terre de Soudan Niaré.

À ce train, je sollicite des pouvoirs publics la transformation de l’une de nos places publiques en PLACE DES LAMENTATIONS, le MUR dudit nom étant un patrimoine d’Israël.

En attendant, nous pourrons toujours continuer faire des réseaux sociaux le réceptacle de nos déboires, de nos déceptions, bref de nos LAMENTATIONS, symboles de notre lâcheté, de notre esprit de résignation face à l’adversité.

Mais on est où là? Dites-moi un peu? Sommes-nous réellement les preux descendants de tous ces héros historiques dont nous aimons tant à nous réclamer?

Ou bien seulement et simplement grandeur et décadence?

Dans ce cas, plus vite le réveil s’effectuera, mieux cela vaudra.

Car nous ne saurions être encore plus bas.

Sentiments citoyens.

Boubacar Karamoko Coulibaly

Source : Info-Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *