Mort de Mamadou Kaba : Un homme de conviction s’en est allé

Selon les dires de Mamadou Kaba lui-même, il ambitionnait d’être avocat ou médecin, mais, le sort en ayant décidé autrement, il est devenu journaliste. Après son baccalauréat, il a réussi le concours d’entrée à l’Ecole de journalisme de Lille, en France. Il y sera journaliste responsable de sa classe, car il était un bon élève.

 

 

Après septembre 1965, pour un stage en France et août 1969 pour un stage de 3 mois en Israël, il a commencé réellement à travailler au journal L’Essor, où il publiera ses premiers articles, sur les thèmes de « l’information et le développement » et « politique et information ».

 

 

Selon Mamadou Kaba, il faut toujours que l’on accepte de se sacrifier pour le développement du pays. Mais il y a des limites qu’il ne faut pas franchir, même s’il en est qu’il faut franchir.

 

 

Le doyen est resté à l’Essor jusqu’en 1977, sans jamais subir aucune sanction professionnelle. En 1977, il est nommé directeur du CNPC (Centre national de production cinématographique). Il dira « partout où tu vas, il faut donner le meilleur de toi-même. Ma nomination comme ambassadeur en Egypte était le résultat de mon travail ».

 

 

 

C’est cet homme de presse réputé pour son langage qui s’est allé hier à Paris. Lui que certains prédestinaient déjà la présidence de la nouvelle Haute autorité de la communication.

 

Mais, comme aimait nous rappeler Kaba lui-même « l’homme propose, Dieu dispose ».

 

 

 

AD

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *