Mopti : UN NOUVEAU PROJET POUR PREVENIR LES CONFLITS ENTRE ELEVEURS, AGRICULTEURS ET PECHEURS

La Région de Mopti est l’un des grands foyers de conflits communautaires dans notre pays. Cela, à cause du caractère cosmopolite de sa population et de la diversité des activités économiques concomitamment menées sur les mêmes espaces, de surcroit menacés par le changement climatique. L’exploitation et la gestion des ressources naturelles mettent à rude épreuve la nécessaire bonne cohabitation entre pêcheurs, éleveurs et cultivateurs.

vache troupeaux elevage bovine animaux eleveurs maladie charbonPour pacifier la coexistence des communautés de la Région qui a une vocation agro-sylvo-pastorale avec une dominance du sous-secteur de l’élevage, la Direction régionale des productions et des industries animales (DRPIA) de Mopti avec l’appui financier de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a initié un projet baptisé  « Matérialisation des espaces pastoraux ».
Le projet est doté d’une enveloppe de 143 millions Fcfa. Il s’emploie à prévenir, gérer et limiter les conflits entre agriculteurs, éleveurs et pêcheurs, tout en renforçant la contribution de l’élevage et de l’agriculture à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il contribue à l’accès des animaux aux pâturages, aux points d’eau et aux marchés par la matérialisation des points de passage des animaux et la réhabilitation des clôtures de certains périmètres maraîchers. Il sera exécuté dans 12 communes des cercles de Bandiagara, Djenné, Douentza, Koro et Mopti.
Le village de Soufouroulaye, situé à une dizaine de kilomètres de Sévaré, chef de la commune rurale de Sio, avait accueilli le 23 juin dernier la cérémonie de lancement officiel de ce projet dit à impact rapide. C’était en présence du représentant du gouverneur de la région de Mopti, Moumouni Damango, des chefs des services régionaux dont celui de la Production et des industries animales, Mamadou Traoré, et du chef du bureau de la MINUSMA par intérim à Mopti, Kwinten Joniaux.
Le projet qui sera exécuté sur 4 mois prévoit d’aménager 450 km de pistes de transhumance. Ces pistes sont déjà matérialisées par des plaques et autres matériels de balise.
Cette intervention de la MINUSMA et de la FAO est appréciée par les autorités régionales et les bénéficiaires. Pour le directeur régional des Productions et des Industries animales  de Mopti, l’obstruction des pistes de transhumance engendre de nombreux conflits souvent mortels surtout en période d’hivernage et au moment des récoltes.
Ce projet qui va contribuer à prévenir les conflits communautaires répond à une des recommandations de la conférence régionale sur bourgoutières tenue en 2014 sous la présidence du ministre du Développement rural, Bocari Tréta.
Kwinten Joniaux a réitéré la disponibilité de la MINUSMA à contribuer à la paix et à la stabilisation dans la Région, avant d’exhorter les communautés à respecter les règles et la conduite liées aux pistes pastorales en vue d’une meilleure cohabitation entre tous les usagers. Il a également indiqué que  la MINUSMA à Mopti a déjà soutenu 24 projets à impact rapide. « Aujourd’hui, nous sommes ensemble pour témoigner de la réalisation d’un projet qui vise à atténuer les conflits liés à la gestion de la terre. C’est grâce à des efforts conjoints entre la MINUSMA, la FAO, les autorités locales y compris la DRPIA et les communautés locales que l’on a pu mettre en route ce projet », a-t-il assuré.
Le représentant du gouverneur de la Région de Mopti a confirmé que le projet était d’une pertinence avérée et répondait à un souci de prévention et d’atténuation des conflits et de gestion durable des écosystèmes.

D. COULBALY
AMAP-Mopti

source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.