Mopti : Un mort et 3 blessés dans une bagarre entre bergers

La région de Mopti est victime de nombre de conflits intracommunautaires liés à l’exploitation et à la gestion des ressources naturelles. Les traversées des animaux de retour de la transhumance pour accéder aux bourgoutières provoquent souvent des conflits très violents et meurtriers.

Mali Fe_©Desjeux, TraversŽe des bÏufs ˆ DiafarabŽ

 

Dans le village de Sendégué-Wadiobè, situé à environ 3 km de la ville de Konna dans le cercle de Mopti, la traversée des animaux a ainsi dégénéré en conflit entre deux bergers, faisant un mort et trois blessés, le 17 janvier dernier.

Les habitants de cette bourgade se sont rendus ce vendredi matin dans le village de Diantakaye dans la commune rurale de Konna où avait lieu comme à l’accoutumée la traversée de leurs troupeaux. Sur le site, pour un problème d’ordre de passage, chacun voulant que son troupeau soit le premier, une dispute a éclaté entre deux bergers. La rixe a dégénéré en une bagarre généralisée.

Boubou Sangaré, un vieil éleveur de 73 ans du village de Sendégué-Wadiobè, dont le petit frère venait d’être frappé par Boubacary Mamoudou Cissé du même village, a fait appel à un agent de la garde nationale pour interpeller l’auteur des coups. Dès que l’agent de sécurité a tourné le dos, le vieillard fut battu à mort à coups de gourdins par les parents de Boubacary Mamoudou Cissé. La situation a alors viré à un affrontement entre deux clans, faisant trois autres blessés.

Alerté, le préfet du cercle de Mopti, Yaya Diallo, accompagné d’agents de la brigade territoriale de gendarmerie, d’éléments du peloton de la garde nationale et de la santé, est immédiatement arrivé pour mettre un terme au conflit et engager des discussions pour enterrer la hache de guerre. Il a présenté les condoléances des autorités à la famille du disparu et souhaité prompt rétablissement aux blessés.

En entendant l’issue de la procédure judiciaire, les trois blessés ont été admis  au CSREF de Mopti et l’auteur principal, Boubacary Mamoudou Cissé, et ses complices sont gardés à la brigade de gendarmerie pour les besoins de l’enquête.

D. COULIBALY

AMAP-Mopti

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *