Migration et proxénétisme : un piège invisible pour des chercheuses d’emplois

Déguisés en entreprises sans histoire, des réseaux de proxénétisme leur promettaient des emplois bien rémunérés. Privées de leurs documents de voyage (carte d’identité, carte consulaire ou passeport) et prises au piège par leurs bourreaux, des migrantes sont obligées de «se vendre». Elles passent des nuits infernales pour payer d’importantes sommes, afin de recouvrer la liberté. Rêves brisés des piégées !

 

Les vagues migratoires sont de plus en plus féminines depuis une dizaine d’années, selon Dr Fodié Tandjigora, chef de département d’études et de recherche de la Sociologie et de l’anthropologie à la Faculté des Sciences humaines et des sciences de l’éducation (FSHSE) de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB), par ailleurs chercheur associé à l’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS). «Autrefois, il était très rare et même inexistant de voir les femmes sur les routes migratoires clandestines. On en voit de plus en plus, parce qu’il y a de plus en plus de femmes qui trouvent leur salut dans la migration», nous confie l’universitaire qui fait sa thèse de doctorat en sociologie des migrations et relations interethniques.

Parmi les femmes qui prennent le chemin migratoire, Dr Fodié Tandjigora distingue celles qui partent dans le cadre du regroupement familial, de celles qui migrent à titre individuel espérant se bâtir un avenir meilleur et prendre en charge leurs parents. Il note une certaine fragilité des candidates à la migration clandestine, lesquelles subissent des exactions sexuelles et autres extorsions de fonds notamment «aux points de stationnement de migrants».

Oumar Coulibaly, Président de l’association «Niéta» des migrants de retour de Kéniéroba, un village situé à 12 km de la ville de Kita, est conscient des dangers de proxénétisme qui guettent la gent féminine sur les routes migratoires.

Existence de réseaux de traite et de prostitution sur les sites d’orpaillage 

L’Agence nigériane de lutte contre la traite des personnes (NAPTIP) estimait, en janvier 2019, que près de 20. 000 jeunes filles nigérianes ont été piégées au Mali par des réseaux de prostitution. Dans l’étude «Les fièvres de l’or au Mali. Profils et dynamiques migratoires dans les régions de Sikasso et Kayes », le Bureau de Bamako de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) note que « certains éléments sont apparus concernant l’existence de réseaux de traite et de prostitution sur les sites d’orpaillage ».

Ces réseaux demeurent très actifs. Très organisés, ils parviennent sans grande difficulté à convaincre de nombreuses femmes en leur miroitant un emploi bien rémunéré. Privées de leurs documents de voyage (carte d’identité, carte consulaire, ou passeport) et coincées entre les murs de passage, ces migrantes sont obligées de «se vendre ».

On en voit, comme celles de la mini villa appelée « Princesse » du quartier Bencounda de la commune urbaine de Kayes, une ville située à 618 km de Bamako. Perdu dans les ténèbres, le bâtiment ne porte aucun signe pouvant orienter les visiteurs. La nuit, la patronne monte la garde. Assise sur une chaise devant la porte, elle répond aux salutations de nombreux visiteurs. Elle surveille les entrées et les sorties. Une fois que le visiteur franchit la porte, il est approché par de jeunes filles. Le maître mot, c’est «le travail». «Veux-tu travailler ?». «Vient, on va travailler», lancent-elles au milieu de jeu de lumières qui éclairent le bâtiment.

De teint noir et de taille moyenne, Nathalie est l’une de ces nombreuses jeunes filles, victime de cette sorte d’exploitation. Elle «bosse» pour le compte de l’une de ses compatriotes. «Je suis arrivée au Mali, il y a neuf (9) mois », nous confie Nathalie en comptant avec ses doigts la durée de son séjour. Par contre, souligne-t-elle, il y a des filles qui sont là depuis trois (3) mois seulement. A l’image d’autres jeunes filles, Nathalie ne sort pas de la maison. «Je travaille ici et je dors ici. Je n’ai aucun contact avec l’extérieur », confie-t-elle. Mon tarif, détaille Nathalie, varie entre 2000 FCFA (moins de 4 dollars) et 5000 FCFA (9 dollars) en fonction de la « position » voulue par le client. « Ma patronne me remet 3 000 FCFA par jour pour la nourriture et la carte de crédit », ajoute Nathalie.

Nathalie : «pas facile de se regarder dans le miroir»

Pour recouvrer sa liberté, elle doit payer à sa patronne la somme d’un million cinq cent milles (1. 500. 000) F CFA (2. 712 dollars). «Je n’ai pas fini de rembourser ma patronne. Je lui dois 1. 500. 000 FCFA. Je suis piégée dans ce travail mais je suis obligée de me livrer à plusieurs hommes par jour pour rembourser ma patronne. Ce n’est pas facile de se regarder dans le miroir, mais il faut être forte pour s’en sortir et retourner un jour au pays», lance-t-elle.

Diamord figure parmi un groupe de jeunes filles nigérianes enrôlées par une certaine Sofia John, gérante de l’auberge Tounka. La jeune dame de 23 ans doit rembourser la somme d’un million de FCFA à celle qui aurait financé son voyage. «Après des échanges, elle m’a dit que je dois payer un million et cette somme représente mon transport, ma nourriture et mon hébergement », souligne une autre, Keyne. Dès son arrivée, Princesse a commencé à faire la prostitution pour payer une recette journalière à sa patronne. 1. 000 000 F CFA, c’est aussi le prix de sa liberté. Tout comme Jesura qui a voyagé en compagnie de deux autres personnes. A leur arrivée, la proxénète a envoyé quelqu’un les chercher à la Gare. Elles n’ont eu d’autres choix que de vendre leurs corps. Angèle a quitté courant janvier 2017 son Nigéria natal pour Kayes. « Quand je suis arrivée, après des explications, j’ai commencé à travailler à son compte pour pouvoir rembourser les dépenses effectuées par la dame Sophia », souligne-t-elle. Comme Angèle, elles ont toutes été maintenues par la force dans cet univers impitoyable, jusqu’à l’interpellation de leur «Maman» (comprenez la proxénète, ndlr) par la Police.

De l’autre rive du fleuve Sénégal, qui traverse la ville plus précisément au quartier Kayes-n’di, «Mamie Bar», dont la promotrice est une nigériane répondant au nom de Beatrice, est un lieu prisé. De jeunes filles sont à l’affût et proposent automatiquement leurs services à tout visiteur. Les hommes désignent avec un signe de doigts la fille qu’ils préfèrent. Certaines s’éclipsent avec des clients tandis que d’autres dansent au son de la musique. Quelques «gros bras» assurent la sécurité des lieux et effectuent des va et vient à l’intérieur du bar. Au même moment, la serveuse s’affaire à apporter les commandes des clients. Les tables sont ornées de canettes et de bouteilles dont certains sont déjà vides. « Je suis au Mali depuis trois ans. Je travaille ici », nous confie une jeune fille mince et courte de taille qui s’exprime en peu de mots, en bambara et en français.

16 mars 2020, 01h 25 mn. La vieille dame pénètre dans le maquis. Les filles courent pour l’accueillir. L’une après l’autre s’accroupit sous son pied pour la saluer. Une récupère son sac en main tandis qu’une autre s’affaire à mettre ses chaises à leurs places. Elle pénètre à l’intérieur et ne sortira pas en notre présence. Selon des explications fournies par un habitué des lieux, elle s’assoit à côté de l’entrée principale donnant accès aux chambres entre quelques gros récipients de couleur bleue contenant de l’eau. De cette position, la «Mamie» dispose d’une vue royale sur l’entrée principale du bar ainsi que celles donnant accès aux chambres de passe. «Mamie» est l’une des femmes les plus puissantes et influentes de la communauté nigériane locale.

« Je ne suis pas  prête à souffrir encore »

Mince de corpulence, Assa faisait partie d’un groupe de jeunes filles à qui «une grande sœur» a fait miroiter de belles choses en les jetant sur le chemin de la migration. «Quand je venais à Bamako pour la première fois, j’étais loin d’imaginer de tomber dans ce travail», explique-t-elle en secouant la tête. Sa nuit commence à 19h et se termine à 5h. «Toutes les nuits ne sont pas pareilles. Souvent, on peut avoir un seul client», souligne-t-elle en précisant qu’elle peut avoir par nuit 40. 000, jusqu’à 70. 000 FCFA. C’est surtout vers les 20 au 30 du mois qu’il y a une grande affluence des clients. Selon Assa, «c’est un travail de merde». Jusque-là, elle résiste à la pression de sa grande sœur dont le désir est de la voir continuer le chemin. «J’ai de nombreuses copines qui sont rentrées en Europe. Ma grande sœur à qui je dois de l’argent me pousse à aller au Maroc pour tenter de rentrer en Europe. Je ne suis pas prête à souffrir encore».

Assa a un autre projet et conseille toutes celles qui veulent se lancer dans une telle aventure : «mon projet est de tout mettre en œuvre pour réunir la somme d’un million de F CFA et faire le commerce. Ainsi, je mettrais fin à cette vie qui m’enlève ma dignité et mon honneur de femme. Je ne conseille à aucune femme de quitter son pays et de faire comme moi ».

Olivia a quitté son pays pour l’Algérie en transitant par le Nigéria et le Niger avant de se retrouver au Mali suite à un rapatriement. « Je suis passée par le Niger. Nous avons fait deux semaines. Ça n’a pas été du tout facile. C’est un film qui commence au Niger. On est monté dans une voiture 4×4 pour traverser le désert. En plein désert, on dépose les hommes d’un côté et les femmes de l’autre. Et on nous viole, nous les femmes. C’est un grand viol. Ce sont trois hommes qui te passent dessus. Tu es à leur disposition. Ils abusent de toi de toutes les manières sans que tu ne pipes mot au risque de laisser ta vie. Je n’aime pas trop parler de ces histoires. Ce sont des souvenirs traumatisants », souligne-t-elle en balayant son visage avec sa main avant de tourner brusquement son regard.

 « Je ne peux  pas conseiller à une fille de faire ce que je suis en train de faire »

Selon Olivia, elles étaient 12 jeunes filles dans un convoi d’une quarantaine de personnes. Nadège et Pamela ont péri lors de la traversée de la Méditerranée. Par contre, raconte-t-elle, les autres ont regagné l’Europe. Elle ne préfère pas s’attarder sur son séjour algérien marqué par la vie dans les ghettos avec son corollaire de menaces.

A son arrivée à Bamako, elle a travaillé pendant deux mois dans un restaurant avant de replonger dans l’univers infernal de la prostitution. Si Olivia négocie au prix fort, elle est souvent obligée de prendre les 2 000 et 3 000 F CFA. « Si tu refuses les 2000 et 3000, tu vas manger quoi ? Il y a des jours où tu trouves beaucoup de sous mais il y a aussi des jours où tu ne gagnes pas un 1 franc alors que tu es dehors jusqu’à 5 heures du matin. Voilà, on a fermé pour raison de coronavirus. On est à la maison depuis un mois. Depuis ce matin (l’entretien a eu lieu vers 13 heures, Ndlr), je n’ai rien mangé.  Il n’ya rien de facile, même pas la prostitution. Je ne peux pas conseiller à quelqu’une de faire ce que je suis entrain de faire. Ce n’est pas un métier. C’est un métier sale. Ça m’affecte. Si je trouve un endroit ou un appui pour faire la restauration, je vais abandonner », affirme Olivia.

Commandant de Police Souleymane Niampougui est officier de Police judiciaire à la Brigade de répression du trafic de migrants et de la traite des être humains, une unité spécialisée de la direction de la police judiciaire de la Direction générale de la Police nationale. Auparavant, il a servi à la Brigade chargée de la protection des mœurs et de l’enfance. Selon lui, les jeunes filles peuvent coucher au moins avec dix (10) hommes par nuit. «Même quand ces filles sont en règle, elles sont obligées de coucher avec les hommes », souligne l’officier de Police judiciaire.

De teint clair, Chacha a mordu la promesse de travailler dans un salon de coiffure d’un homme à Bamako. A son arrivée, elle est accueillie par une dame. Cette dernière l’a confiée à une autre qui l’a amenée à Kayes. « C’est quelqu’un qui m’a amenée en disant que je vais travailler dans un salon de coiffure. J’ai été accueillie par une femme nigériane. Je voulais retourner mais la dame a refusé en exigeant le remboursement d’une somme de 1. 500. 000 FCFA. Cette dernière m’a remise à une autre femme qui m’a amenée à Kayes. J’ai fait un an à Kayes. Chaque fois je payais, la femme refusait de mentionner le paiement dans le cahier, elle me maltraitait. C’est pourquoi j’ai fui », détaille-t-elle.

Après cet épisode, Chacha a trouvé refuge dans la capitale malienne auprès d’un homme avec qui elle a eu un enfant qui a aujourd’hui 5 mois. « Il me faut assez d’argent pour retourner au pays afin de ne pas dépendre des parents. Elle a déjà un autre enfant âgé de 5 ans au pays. Mon souhait est de sortir de ça pour faire un travail noble», plaide-t-elle.

« Je suis souillée depuis que je suis au Mali »

On la surnomme Aïcha. Elle entame sa deuxième année au Mali. «Je suis en transit. Je veux continuer sur la Tunisie », souligne-t-elle au cours d’un entretien dans les locaux de l’Association des Refoulés d’Afrique Centrale au Mali (Aracem). «Je suis dans l’enfer. C’est le coït contre l’argent. Tu donnes ton coït et on te donne de l’argent. Dès que quelqu’un te dit bonjour, il te demande combien. C’est un métier risquant et salissant. C’est un métier salissant. C’est un métier qui te fait perdre ta dignité. C’est un métier qui te donne le dégoût de toi-même », souligne-t-elle en versant des larmes.

Elle enlève ses lunettes pour essuyer ses larmes avec une voix tremblante. «Je suis souillée depuis que je suis au Mali. Je suis sale même si je reste toute la journée sous la douche. Je ne veux pas ça », nous confie-t-elle en sanglots en tournant le regard de l’autre côté de la salle. Elle reprend ses esprits et se plonge dans ses souvenirs de violences. «Les hommes ne nous respectent pas. D’autres nous étranglent. Ils te font mal. Ils nous obligent de coucher avec eux sans préservatif », explique Aïcha. «Une nuit, raconte-t-elle, j’ai échappé à une attaque au couteau d’un client qui m’a fait déplacer».

Ces violences sont récurrentes comme toutes activités criminelles, nous rappelle Dr Fodié Tandjigora. A Ségou, une ville située à 235 km de Bamako, trois filles migrantes ont subi en espace d’un an des agressions d’une rare violence dont le cas d’Ido Beauty (voir encadré, Ndlr), assommée à mort dans la nuit du 17 au 18 décembre 2019 dans un Bar à Ségou.

Si Ido Beauty a perdu la vie et que certaines n’ont pas encore réussi à fuir « l’enfer » pour reprendre une expression chère à Aïcha, d’autres, par contre, ont réussi à s’échapper des griffes de ceux ou celles qui les exploitaient. Elles s’appellent les survivantes.

A suivre !

Chiaka Doumbia

source : Le Challenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *