Marche funèbre de l’hôpital Gabriel Touré au cimetière de Niaréla : 23 ans après, les martyrs de mars 1991 en mémoire

Pour commémorer le vendredi noir d’une part et fêter l’anniversaire des 23 ans de la démocratie malienne d’autre part, l’Association pour la défense des victimes de la répression de janvier à Mars 1991 (Advr) a organisé, le samedi 22 mars 2014, une marche funèbre en la mémoire des martyrs de mars 1991. La marche a commencé devant l’hôpital Gabriel Touré de Bamako pour finir au Carré des martyrs près du cimetière de Niarela. Arrivé à destination, le ministre du travail et des affaires sociales et humanitaires, Hamadoun Konaté a déposé une gerbe de fleur au carré des martyrs.

marche protestation hommage salutation martyrs aly nouhoum diallo djiguiba keita ppr sy kadiatou sow

 

Plus de 400 personnes ont pris part à cette marche funèbre. Parmi ces elles, on peut citer l’ancien président de l’Assemblée nationale du Mali, Ali N Diallo, les anciens ministres Mme Sy Kadiatou Sow, Djiguiba Keïta (PPR). La marche est partie de la devanture de l’hôpital Gabriel Touré pour prendre fin au Carré des martyrs près du cimetière de Niarela. Elle était encadrée par les forces de défense et de sécurité du Mali.

On pouvait lire sur les banderoles : « 26 mars 1991-26 mars 2014, l’Advr a 23 ans, la démocratie malienne elle aussi a 23 ans », « Le peuple malien ne doit pas oublier les martyrs du 26 mars 1991 ainsi que les combattants africains tombés au nord du Mali pour l’honneur», « L’Advr pour un Mali de justice, de vérité et de sécurité ».
Arrivé au carré des martyrs, le ministre du travail et des affaires sociales et humanitaires, Hamadoun Konaté a déposé une gerbe de fleur au carré des martyrs.  Selon le ministre, le Mali a connu un  laxisme dans la gouvernance. « Le Mali est une terre de partage de pouvoir. Si on méprise ceux par lesquels on obtient le pouvoir, on finira par perdre le pays soit par se perdre.

Cet espace est un lieu où nous nous recueillons sur nos héros » a dit le ministre. Avant de signaler que l’Etat a soutenu les victimes de mars 1991. L’ex ministre Mme Sy Kadiatou Sow a mis l’accent sur la fragilité de la démocratie malienne et sur l’importance de préserver les acquis. « C’est un devoir de mémoire, on espère que les jeunes vont comprendre le sens de cette marche », a-t-elle dit.

Pour l’ex ministre Djiguiba Keïta, la conception de la démocratie est un long cheminement comportant des hauts et des bas. « Nous nous levons contre toute sorte de dictature. Et nous allons marcher pour dénoncer les dérives constatées chaque année », a dit PPR. Selon le président de l’Advr, Abdoulaye Dembélé, le Mali vient de connaitre l’une des crises les plus difficiles de son histoire.

« De mémoire d’hommes, jamais le Mali n’a été autant humilié, autant bafoué par les extrémistes musulmans venus de partout pour saper les fondements de notre unité  nationale, de notre intégrité territoriale, et de notre jeune démocratie pour laquelle nous et nos proches avons donné de notre sang et même de nos vies. Notre association souffle aujourd’hui sa vingt troisième bougie. Notre parcours hélas est jalonné de beaucoup de morts, de décès.

Nos camarades de lutte qui ont été grièvement blessés lors des évènements de mars 1991 ont tous pour la plupart succombé à leurs blessures laissant derrière eux veuves, veufs et orphelins.», a-t-il dit. Le président de l’Advr a remercié tous ceux qui ont aidé le Mali dans sa crise et demande aux uns et aux autres de se pardonner.

  Aguibou Sogodogo

Source: Lerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *