Marche du 21 juin contre l’insécurité au centre du Mali : Le collectif des jeunes s’insurgent contre « une tentative de récupération politique »

Les responsables du collectif des associations des jeunes de la région de Mopti et sympathisants (CAJRMS) ont tenu, le lundi 01 juillet 2019 à la maison de la presse, une rencontre avec les hommes de médias pour faire le point de la marche du 21 juin dernier dont il était l’unique initiateur. L’indignation était grande au lendemain de ladite marche. Pour cause, les organisateurs à leur grande surprise ont constaté « une tentative de récupération politique » intentée par certaines figures se réclamant de l’opposition.

 

Le message était clair pour les jeunes ressortissants de la région de Mopti qui mettent en garde contre les comportements malsains « des récupérateurs politiques ». « Notre objectif, en tant que jeune, est de s’impliquer pour mettre fin aux hostilités dans la région de Mopti. C’est dans cette perspective que nous avons décidé d’organiser, le 21 juin 2019 une marche pacifique à Bamako. La marche a été une réussite car plus de 40 associations ont participé avec leur pancarte et slogan. Mais, nous sommes vraiment désolés de constater que certains ont voulu s’approprier de notre manifestation », s’est  indigné  un responsable du collectif.

En réponse à notre question de savoir de quoi s’agit-il concrètement,  notre interlocuteur est allé plus loin en citant des noms. « Il s’agit de Nouhoum Togo, c’est notre grand frère mais ce qu’il fait n’est pas bon. Il s’agit aussi de Mme Sow Kadiatou Sy et de Dr Oumar Mariko et d’autres. Nous avons vu leurs réactions au lendemain de la marche dans les médias, sur les réseaux sociaux. Nous en tant qu’initiateurs nous avons été simplement effacé aux profits de ces hommes politiques ».

D’autre part, les jeunes ont montré leurs incompréhensions par rapport à la démarche de Me Tapo. Pour les jeunes, si celui qu’il considère comme leur ainé était animé de bonne foi, le collectif devait être associé à la conférence de presse qu’il a organisée le lendemain de leur marche. Pour eux, ça n’a pas été le cas, regrettent-ils.

Le collectif a jugé utile d’apporter cette précision de taille afin d’éclairer la lanterne de l’opinion publique sur les objectifs de leur démarche.

Mountaga Diakité

 L’Agora

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *