Marché de gré à gré à GROS PHARMA : Quand le Gel pour désinfecter les mains saigne l’INPS de près de 200 millions de FCFA

La menace du virus Ebola est-elle entrain de devenir un moyen pour certains de s’enrichir sur le dos du contribuable malien ? Rien n’est moins sûr. Parmi les mesures de précautions adoptées figure, on le sait, l’utilisation du Gel de désinfection servi pratiquement aux portes d’entrées de la plupart des services publics et étatiques. Mais, le problème c’est que des responsables véreux de certaines structures publiques y ont trouvé un moyen de faire pleines les poches en passant des commandes sur une base de surfacturations. C’est le cas notamment à l’Institut de Prévoyance Sociale (INPS).

gel produit desinfectant mains ebola

Dans cette structure, le Directeur Général, Bréhima N Diallo, a passé le 17/10/ 2014, une commande de trois produits (ANIOSGEL 85 NPC 1L, ANIOGEL 85 NPC ML PET, et ANIOGEL 85 NPC 75 ML 5L) auprès d’une société qui  porte le nom de «GROS PHARMA » sans autres précisions. C’est elle qui a été bénéficiaire du marché, passé de gré à gré pour un montant de 199.990.000 F CFA, ainsi que cela ressort sur la facture établie à cet effet par la Direction Générale de l’INPS. Dans ce marché, de l’analyse de cette même facture, les irrégularités sautent à l’œil nu. Il apparait avec clarté que les prix unitaires des trois produits ont été tous surestimés. Le premier, l’ANIOSGEL 85 NPC 1L, la quantité commandée est de1812. Il a été facturé à 275.00 F CFA l’unité, alors que son prix unitaire réel sur le marché est de 6.000 F CFA. Pour le second produit, l’ANIOSGEL 85 NPC75 ML PET, l’INPS a évalué son besoin à 20.000. Sur la facture, ce produit a été facturé à 5000 F CFA l’unité alors que sa valeur réelle est de 2000 F CFA sur le marché. Pour le dernier produit, l’ANIOSGEL 85 NPC 75 5 L, la quantité commandée est 380 produits. Le prix unitaire de ce gel sur le marché est de 12 000 F CFA, alors qu’il a été facturé à 132 000 F CFA l’unité. Ce qui totalise les 199. 990. 000 F CFA porté à la facture comme prix d’achat des trois produits.

 

Il s’agit manifestement d’une fraude montée par le Directeur Général avec la complicité du Directeur général médical, en la personne de Ousmane Salamanta.

 

Après l’affaire des surfacturations sur les contrats d’armements et équipements militaires, affaire qui défraie aujourd’hui la chronique avec Guo Star, est-on entrain de nous acheminer vers une autre affaire de surfacturation : celle sur le Gel antiseptique, sensé protéger contre le virus Ebola ?

 

Papa Sow

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.