Mali-Météo : EN PHASE AVEC LES TIC

parc meteo menaka gao mali energie solaire eolienne edmL’Agence nationale de la météorologie a développé une application mobile offrant de multiples services aux usagers  

La Journée météorologique mondiale a été célébrée le 23 mars. Le thème de cette 66è édition de la journée était « Plus chaud, plus sec, plus humide : Regardons en face ». A cette occasion, les responsables de l’Agence nationale de la météorologie (Mali-Météo) ont organisé une conférence de presse.

Cette conférence qui a eu lieu à la Maison de la presse était placée sous la présidence du secrétaire général du ministère de l’Équipement, des Transports et du Désenclavement, Makan Fily Dabo. Elle était animée par le directeur général de la société ISO-Vision, Jean-Louis NZolly et le  directeur des applications météorologiques et climatologiques à Mali-Météo, Birama Diarra. Le rôle de modérateur était assuré par le directeur général de Mali-Météo, Djibrilla Maïga.

Le premier conférencier a présenté une application mobile développée par l’Agence nationale de la météorologie pour faciliter l’accès des usagers et hommes de médias aux informations météorologiques. Cette application permet de télécharger des informations météorologiques en temps utiles. Elle gère aussi les flux d’informations de l’ANM et donne des infos pratiques. Développé avec Android, l’app permet des notifications aux « mobinautes », de partager et de les sensibiliser. Elle localise, créé des contacts et contient 4 rubriques : « A la une », « Météo », « Autour de moi » et « Infos pratiques ». La rubrique « A la une » reprend les flux d’informations automatiques des actualités du site Web.

Les prévisions géolocalisées, les notifications pour rester informé des risques, les informations détaillées expertisées par des météorologistes, les prévisions de pluie à l’heure, une image satellite pour faire voyager, rêver et comprendre les phénomènes météorologiques, la sélection, la personnalisation des différentes prévisions météorologiques, le choix des options, les cartes de prévisions météorologiques, le confort de lecture et partage de photos sont d’autres services qu’offre l’application mobile de Mali-Météo. Elle sera disponible en avril prochain et les remarques et les idées des internautes seront les bienvenues pour l’améliorer.

Le deuxième conférencier, Birama Diarra, a rappelé que le climat de notre pays était reparti en 4 types : désertique au nord (pluviométrie annuelle 200 mm), sahélien au centre (pluviométrie annuelle entre 200 et 600 mm), soudanien  (pluviométrie annuelle entre 600 et 1000 mm) et soudano-guinéen (pluviométrie annuelle entre 1000 et 1200 mm).

Avec le réchauffement climatique, au cours des 30 dernières années, la température a augmenté de 0,7°c par rapport à la période 1951-1980. La pluviométrie a, elle, diminué en moyenne de 6 à 36% entraînant un déplacement des isohyètes de 200 km vers le sud.

L’augmentation constante, plus fréquente et intense des vagues de chaleur au cours des 50 dernières années entrainant des morts d’animaux et la disparition d’espèces, la sécheresse, les  vents violents en début de saison, l’intensité élevée des précipitations (Goundam a reçu en 2007 200 mm en un jour) entraînant des inondations, sont des impacts du changement climatique.

Autres conséquences du réchauffement climatique : le démarrage et la fin difficiles de la saison des pluies, la  diminution de la durée de la saison, la perte de productivité agricole, l’exode rural, la migration humaine et animale, l’anomalie de température, l’assèchement des points d’eau, la diminution et la détérioration du couvert végétal et des terres de pâture, la disparition des espèces végétales, animales et la perturbation des références des exploitants agricoles et des pasteurs, l’ensablement des cours d’eau, etc. Birama Diarra juge que des mesures d’adaptation et d’atténuation sont prioritaires en vue de limiter les effets du changement climatique.

Le secrétaire général du ministère de l’Équipement, des Transports et du Désenclavement a rappelé que l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et son réseau de services météorologiques nationaux, dont Mali-Météo, célèbrent le 23 mars de chaque année la Journée météorologique mondiale et que la convention qui a créé  l’OMM date de 1950.

Le thème « Plus chaud, plus sec, plus humide : Regardons en face » a été choisi, explique-t-il, pour mettre en évidence le risque que court l’humanité face au réchauffement climatique et le rôle de l’Organisation météorologique mondiale et ses services météorologiques nationaux dans la lutte contre les changements climatiques.

Ces services fournissent des observations scientifiques fiables, des prévisions météorologiques et des systèmes d’alerte précoce aux gouvernements, à divers secteurs économiques et au grand public.

Les changements climatiques, constate  Makan Fily Dabo, représentent aujourd’hui un défi majeur pour les pays les plus vulnérables dont le Mali. Leurs conséquences néfastes sont impitoyables sur l’humanité et l’environnement biophysique. Conscients de cette réalité, les gouvernements du monde entier ont adopté à l’unanimité l’accord historique de Paris en décembre 2015, lors de la COP21.

S. Y. WAGUE

Source : L’Essor
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.