Mali: les femmes adoptent un agenda pour le suivi du dialogue

femme minusma onu nations unies reunion reconciliation

Dialogue national, réconciliation, entente, justice, pardon… Des mots clés que les femmes maliennes cherchent à cultiver pour que le Mali puisse retrouver la paix.

C’était à la faveur d’une session d’échanges organisée les 15 et 16 juillet 2014 par l’Unité genre de la MINUSMA, en partenariat avec le Ministère de la Femme, de l’Enfant et de la famille, celui en charge de la Réconciliation nationale et les femmes leaders du Mali. Dans la situation de crise que connait le Mali depuis janvier 2012, les femmes ne sont pas restées en marge. Premières victimes d’actes de violences de toutes sortes, elles considèrent effectivement le dialogue comme moyen de parvenir à un consensus politique pour la paix, la sécurité et le développement.

Mme Diarra Kadiatou Samoura, Secrétaire général du Ministère de la femme qui présidait l’atelier a rappelé les efforts menés par son département dans le cadre de la gestion de la crise politico –sécuritaire. Au nombre de ceux-ci, Mme Diarra a cité les initiatives de réinsertion socio-économique des femmes affectées par la crise, la gestion des enfants associés au conflit, les ateliers de formation pour prévenir et gérer les conflits, les missions de sensibilisation sur le terrain et les remises de dons aux populations vulnérables du

© Minusma

Le Secrétaire général du ministère a par ailleurs salué le rôle important joué par les associations de femmes dans l’accompagnement du processus, salué leur courage et leur détermination à faire face à la situation. Elle a salué la volonté de la MINUSMA d’appuyer les autorités maliennes à la mise en place des mécanismes de prévention et de protection contre les violences faites aux femmes, particulièrement en période de conflit ou de crise.

Pour David Gressly Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies, « le plein engagement des femmes est essentiel à la réalisation d’une paix durable ». Il a de ce fait lancé un appel aux décideurs maliens, en vue de promouvoir la participation intégrale des femmes au processus de dialogue et favoriser par la même occasion la présence des organisations de la société civile aux différentes échéances des discussions. M. Gressly a ajouté qu’« une paix durable ne peut être instaurée que si les femmes sont associées aux mécanismes de discussions ».

Trois thèmes ont été examinés par les participantes pendant les deux jours de travaux : les textes relatifs au dialogue national et aux pourparlers inclusifs de paix, la contribution des femmes au dialogue national et aux pourparlers inclusifs de paix, le cadre formel des pourparlers inclusifs de paix au Mali. A l’issue des deux jours de travaux et au moment où commencent les pourparlers de paix d’Alger, les femmes leaders maliennes ont adopté un agenda pour le suivi du dialogue national ainsi engagé. Cet agenda qui contient des recommandations pour le suivi du mécanisme sera décliné en plan d’action exécuté avec l’appui de la MINUSMA.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.