Mali : Chez moi on ne balance pas les porcs, ils sont halal !

Elles se tiennent debout, un foulard sur la bouche. La chanteuse Inna Modja et la styliste Mariah Bocoum finissent par enlever ce foulard sur la bouche pour s’exprimer. Cette scène du clip « Tombouctou » de la malienne Inna Modja n’est pas anodine.

Ce geste représente le désir et le besoin d’émancipation de la femme malienne. Cette femme qui doit briser le silence et prendre la parole pour s’exprimer.

Vous avez probablement entendu parler de la vidéo d’un viol collectif qui a ému et touché les maliens. Les auteurs présumés de ce viol ont pu être arrêtés grâce à l’implication des associations de défense des droits des femmes et à l’implication des internautes sur les réseaux sociaux.

Le plus jeune des présumés violeurs était à peine âgé de 16 ans et le plus vieux avait 25 ans. La victime n’a jamais porté plainte. Pourquoi n’a t-elle jamais dénoncé ces 4 hommes qui l’ont violé? Et si la vidéo n’avait pas été rendue publique? On aurait certainement jamais su ce qui s’était passé. Combien de femmes victimes de viol se murent dans le silence?

Balancer un porc c’est réduire ses perspectives de mariage

Au Mali, le silence est roi ! Les victimes se taisent parce que laissées à leur propre sort, abandonnées par la famille et par la société toute entière. Même « Dieu » ne leur vient pas en aide. Nombreux sont les religieux qui cherchent à étouffer les affaires de viols. Ce silence fait de la victime un coupable. La victime serait coupable de parler. Il faut se taire pour ne pas faire de vague. »Il faut se taire sinon elle ne trouvera pas de mari », voilà pourquoi beaucoup de femmes ne parlent pas. Elles se disent qu’en parlant elles n’obtiendront jamais le Graal, se marier.

Au Mali on refuse de se regarder en face. On préfère se créer une autre réalité pour s’y refugier. On botte tout le temps en touche en cherchant des causes extérieures à nos problèmes internes. Quand on parle de protection ou de droits des femmes on fait référence à une influence étrangère. L’argument phare c’est de dire que l’occident souhaiterait impacter nos modes de vie. Peut-être. Mais on oublie que les victimes de ces crimes sont des personnes nées et ayant grandi chez nous. Quel est le rapport entre une femme battue jusqu’à la mort ou une fille victime de viol et la France ou l’union européenne ?

SOS, il faut aider les hommes à comprendre…

Qui n’a jamais entendu autour d’un thé « les femmes sont mauvaises mais nos mères n’en font pas partie ». Dans la tête de l’homme malien, il y a plusieurs catégories de femmes. Je pense que cette catégorisation amène les hommes à se dire qu’ils doivent impérativement respecter une catégorie de femmes, les mères et pas forcement l’autre catégorie qui serait les autres femmes, qui doivent plutôt se soumettre. Il faudrait amener les hommes à comprendre qu’ils doivent du respect à toutes les femmes, qui qu’elles soient, « mère » ou non. Il faut aider les hommes.

 

C’est courant de voir des publications du genre : « qu’est ce que la fille faisait la-bas? les filles s’habillent mal et nous provoquent » tentant de défendre l’indéfendable. La plupart des jeunes filles répondent aux hommes « et si c’était arrivé à ta sœur?  » ou  » je souhaite que la même chose arrive à ta sœur ». Cette phrase n’est pas une formule magique qui changera les choses. Ce n’est pas en souhaitant la même chose à la sœur d’une personne qu’elle changera d’avis. Puisque dans sa tête ça n’arrivera qu’aux autres. Je pense qu’il faut aller au delà de ces réponses toutes faites et aller vers une sensibilisation sur le genre dès le plus jeune âge.

Pour les jeunes d’aujourd’hui, je pense que malheureusement l’espoir de voir un changement reste infiniment petit. La plupart des hommes pensent que les associations de défense des droits des femmes sont contre eux. Du coup, ils sont moins réceptifs aux messages de sensibilisation. Il faut que les hommes comprennent que ce n’est pas une guerre de genre avec un gagnant et un perdant. Il faut expliquer aux hommes que c’est pour les aider à comprendre et à respecter les femmes en tant qu’être humain. Tant que ce changement ne sera pas effectif, il est évident que les violeurs d’aujourd’hui seront les mêmes qui battront leur femme jusqu’à la mort. De tels exemples, on en a déjà connu au Mali. C’est à ce moment qu’on se réunira tous ensemble au niveau du boulevard de l’indépendance et qu’on fera des marches.

Attino Mondoblog

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *