Lutte contre le mariage des enfants: Enda Mali et Save the children sollicitent l’appui des leaders religieux pour un combat efficace

« Contribuer au renforcement du dialogue social sur la protection des filles, leur maintien à l’école et le mariage des enfants » était l’objectif d’une rencontre avec les leaders religieux organisé par Save the chilfren et Enda Mali. Les échanges ont eu lieu ce mardi à l’hôtel Onomo de Bamako. Selon les responsables des deux organisations, le mariage des filles devient de plus en plus fréquent au Mali. Ils évaluent le statut à plus de 52% des filles mariées avant l’âge de 18 ans et indiquent à travers la rencontre qu’il s’agit de travailler avec les leaders religieux pour faciliter la prévention de la pratique du mariage d’enfant. 

 

À cette rencontre, il est ressorti de cela que plus d’une fille sur deux est mariée avant l’âge de 18 ans. Un chiffre qui situe le Mali au 6e rang des pays ayant les plus forts taux de prévalence de mariage au monde. Selon les données nationales issues de l’Enquête par Grappes à Indicateurs Multiples en 2015, le taux de prévalence est de 52% pour les enfants mariés avant l’âge de 18 ans et de 17% pour les unions avant l’âge de 15 ans.

Selon Mme Diallo Andréa Traoré coordinatrice du projet, « son choix » de Enda Mali, les causes du mariage d’enfants au Mali sont nombreuses et complexes. Elles sont d’ordre structurel, économique et socioculturel. Elle ajoute également qu’au Mali le mariage d’enfants représente l’une des causes principales du décrochage scolaire chez les filles de 10 à 14 ans, qui est de 58% au niveau national contre 49,1% pour les garçons du même âge. Des faits qui contribueraient aussi aux inégalités dans l’accès à l’éducation. C’est le cas 2016 ou il y avait moins de 75 filles inscrites à l’école secondaire pour 100 garçons.

C’est dans cette perspective que Save the children et Enda Mali en collaboration avec le ministère en charge de la promotion des droits de l’enfant à travers la direction nationale de la promotion de l’enfant et de la famille a organisé cet atelier. Le but est de pallier ce problème et échanger avec les leaders religieux sur les modalités de mise en place et de fonctionnement d’un réseau national interreligieux sur la prévention du mariage d’enfants, le maintien des filles à l’école et leur épanouissement socio-économique. Les deux organisations veulent des leaders religieux des orientations sur les approches et stratégies efficaces pouvant faciliter la prévention de la pratique du mariage d’enfants.

A. Haidara

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *