Lotissement de Bougouni : Une guerre foncière en suspense

Les 41 ha 94 ares 45 centiares octroyés par le gouvernement du Mali à la Commune urbaine de Ségou sis à Bougouni pour fin de recasement est aujourd’hui occupé par des tiers. Les spéculateurs fonciers à travers de faux documents souvent signés par des maires de Communes voisines à Ségou ont vendu des parcelles. La Commune urbaine de Ségou qui veut entamer la procédure de recasement se heurtera sans nul doute à des résistances.

Situé dans la Commune urbaine de Ségou Bougounina communément appelé Bougouni est un village rattaché au quartier de Darsalam.

A la demande de la population, le Conseil communal a décidé de procéder au lotissement, de sortir les voies, de déguerpir les gens qui sont dans l’emprise de la haute tension et de la centrale électrique de EDM SA.

Le projet qui a débuté sous le règne de l’ex-maire, Bréma Thiéro au moment où l’actuel, Nouhoum Diarra,  était 2e adjoint en charge des questions domaniales et foncières. Elu maire, Ousmane Karamoko Simaga, à son tour a conduit le reste du processus.

Sur le rapport du ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, le conseil des ministres du 26 octobre 2016, a adopté un projet de décret portant affectation au ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, des parcelles de terrain du cercle de Ségou d’une superficie de 41 ha 94 ares 45 centiares en faveur de la Commune urbaine de Ségou.

Selon le maire de la Commune urbaine de Ségou, après l’obtention du titre foncier, la Commune a engagé les procédures légales de restructuration, donc de lotissement, au vu du décret 0515 portant modalité de réalisation de diffèrent type d’urbanisme au Mali. La réhabilitation urbaine est une opérations qui est d’abord soumise à autorisation préalable du directeur régional de l’urbanisme.

La mairie de Ségou ayant eu cet avis, a engagé un urbaniste agrée, un expert en montage de projet urbanistique, qui a déposé son rapport. Ce rapport a été examiné, approuvé et soumis à l’autorisation définitive du gouverneur L’autorisation définitive du gouverneur est l’acte par lequel le gouverneur autorise une collectivité ou une personne morale à entreprendre son projet ;  au mois de juin.

Pour qui connaît Bougounina le quartier reste impraticable pendant l’hivernage. La mairie a donc attendu la fin de l’hivernage pour engager un contrat avec deux géomètres experts de Ségou pour venir faire l’application sur le terrain.

C ‘est à partir de là qu on  a compris que des spéculateurs ont morcelé une grande partie des 41 ha avec des gens qui disposent, soit de titre provisoire. . Et depuis ce temps, plusieurs réunions se sont tenues autour de cette question. On a demandé d’évacuer les lieux. Beaucoup, jusqu’à présent, font la sourde oreille.

Selon un conseiller du chef de village de Bougounina, les terrains ont été morcelés et vendus dans l’illégalité totale.

L’occupation illicite de ces terres a amené le maire à prendre un acte administratif portant interdiction des travaux sur le site en question affecté à la Commune. « Pour suivre l’exécution de mon acte, j’ai mis en place une commission de suivi, créée par décision, dirigé par l’urbanisme comme membre la police, la mairie et le chef de village et deux des conseillers du chef de village de Bougounina.

Mais jusque là, les spéculateurs se mobilisent en longueur de journée pour empêcher tous travaux sur les lieux. Mais la police veille au grain.

Albert Kalambry

Daouda Coulibaly

YEKO

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *