Litige foncier de Marakodougou : La section III RPM de Kati exige le déguerpissement de Bakary Togola

Excédée par le comportement de leur nouveau camarade militant, Bakary Togola, la section RPM de Kati III a demandé son déguerpissement pur et simple des terres de Marakodougou. C’était au cours d’un meeting le mercredi 13 août à Bananzolé.

bakary togola président apcam champ verge

L’affaire de l’accaparement de 300 hectares de Marakodougou est loin de connaître son épilogue. La population ne décolère pas, l’affaire prend une autre tournure. En plus de la mobilisation de toutes les communautés de Djitoumou et environnant, les 14 sous-sections de la section III RPM de Kati viennent d’affirmer leur soutien à Marakodougou dans le litige foncier qui l’oppose à Bakary Togola, leur nouveau camarade du RPM. A l’unanimité, les 14 sous-sections ont exigé que Bakary Togola soit déguerpi des terres qu’il a illégalement acquises.

 

Faut-il le rappeler, depuis 2010, un litige foncier oppose Bakary Togola, président de l’Apcam   aux 5 villages de Marakodougou.  Car le chef du village de Massako, Balla Traoré, qui lui a vendu 300 hectares n’est pas le propriétaire de ces terres. Donc cette vente est nulle et non avenue. Dès lors, un feuilleton de médiation et de justice a commencé, affirmera le député RPM, Bourama Tidiane Traoré, élu à Kati et originaire de Bananzolé. Selon la même source, Balla Traoré a été débouté par ses pairs de la communauté et Bakary Togola a, à son tour, été   sommé par le juge à compétence étendue de Oueléssébougou, Dramane Diarra de ne pas travailler sur ces terres en  rendant le verdict en sa défaveur.

 

 

Face à l’intransigeance de Bakary Togola, ses nouveaux compagnons politiques du RPM n’entendent pas le laisser ternir l’image du parti dans cette circonscription électorale. Car, pour eux, cette pratique déshonorante de Bakary Togola peut coûter cher au parti en cette veille des élections communales.

 

Pour sa part, Siriman Camara, coordinateur des 14 sous-sections de Kati III ajoutera que certains adhérents de dernières minutes ne visent qu’à dénigrer et à déstabiliser le RPM à travers des pratiques du genre. Partant, il a interpellé le Président IBK qui n’a juré que  justice, de s’impliquer afin de remettre Marakodougou dans ses droits.

Dans le mémorandum de soutien aux populations de Marakodougou, les militants des sous-sections RPM de Ouéléssebougou, Baguinéda, Safébougoula,  Sanankoroba, Dialakoroba, Faraba, N‘Gouraba, Tièlè, Dankassa, Niaganina,  Kourouba, Mountougoula, Tiakadougou-Dialakoro et de Sanankoro-Djitoumou se disent préoccupés par les conséquences d’une telle situation pour le RPM aux prochaines élections communales. Par conséquent,  elles demandent le déguerpissement pur et simple de Bakary Togola de ces terres agricoles car le nommé Balla Traoré qui les lui a vendu n‘a jamais été le propriétaire, selon les explications des notables de Molobala, village qui a installé l’ancêtre des Traoré de Marakodougou. «Apportons notre soutien sans réserve auxdites populations et demandons au Bureau Politique National du parti de tout mettre en œuvre pour que les pauvres paysans spoliés de leur terre soient remis dans leur droit », a déclaré le porte-parole desdites sous-sections

Balla Traoré désavoué par les siens

 

 

Ce meeting a été l’occasion pour certains notables de Massako de manifester leur désapprobation de l’acte posé par leur Chef de village, Balla Traoré. C’est le cas du vieux Fassery Camara qui a souligné que cette forfaiture est du seul fait de son Chef de village. « C’est seulement la famille de Balla qui est impliquée dans cette vente de terres, nonobstant l’opposition des autres notabilités du village », a-t-il déclaré.

 

Oumar KONATE

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.