L’imam Mahmoud Dicko confirme la manifestation du vendredi : «Malheureusement, IBK n’a pas compris le cri du peuple… »

Hier, mercredi 17 juin 2020, le parrain de la CMAS, l’imam Mahmoud Dicko, ancien président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) était face à la presse à Bamako pour inviter les uns et les autres à prendre part au grand rassemblement du vendredi 19 juin 2020 à 14 heures sur le boulevard de l’indépendance de Bamako afin « d’exiger la démission du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) et de son régime ». Selon lui, la sortie du vendredi prochain sera pacifique. « Je veux que nous montrions au reste du monde que nous sommes un grand peuple issu d’une grande nation. Je veux que nous sortions de la manière historique à travers la masse, à travers le déroulement et la discipline de la manifestation. N’insultons personnes, ne cassons aucun endroit, n’incendions aucun endroit… », a souhaité l’imam Mahmoud Dicko. Au cours de ce point de presse, l’imam Dicko a invité IBK d’écouter le cri de cœur de son peuple. « Il (IBK) n’a pas compris le cri du peuple malien, malheureusement il n’a pas compris », a déploré Mahmoud Dicko.

Ce point de presse a rassemblé plusieurs personnalités dont les opposants Salikou Sanogo, Choguel K Maïga, Cheick Oumar Sissoko, Oumar Mariko, Modibo Koné et bien d’autres. Après l’introduction faite par le coordinateur général de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko (CMAS), Issa Kaou Djim, le parrain de la CMAS, l’imam Mahmoud Dicko, ancien président du HCIM a fait savoir que le Mali est une grande nation qui ne mérite pas un sort pitoyable. Il dit avoir alerté et invité les gouvernants à bien gérer le pays. Selon lui, c’est la patrie, c’est l’existence même du Mali qui est en danger.

« Les gens sont sortis, le peuple malien est sorti pour exprimer son indignation face à la gestion du pays, les autres pays du monde ont vu et entendu. Mais malheureusement ceux sont à la tête du pays ont fait semblant de ne rien voir et entendre. Ils ont ignoré le peuple. Il a fallu l’annonce d’un autre rassemblement qu’il (IBK) parle pour dire que sa main est tendue. Est-ce que cette main est tendue ? Et puis, on tend la main à quelqu’un qui est loin de vous. Le fait de dire qu’on tend sa main veut dire que le peuple est loin de toi. On ne doit pas être comme ça avec son peuple. Il faut un rassemblement, une manifestation du peuple pour qu’IBK tend sa main. Cette main n’est pas la main du Cherif (Bouyé Haïdara) qu’on doit embrasser. Ce n’est pas la main, mais le cœur qu’il faut ouvrir. C’est ce que je lui ai dit », a souligné l’imam Dicko. Il a invité IBK d’écouter le cri de cœur de son peuple. « Il (IBK) n’a pas compris le cri du peuple malien, malheureusement il n’a pas compris », a déploré Mahmoud Dicko.

Avant de dénoncer la gouvernance actuelle du Mali. « Ils ont opposé tout le peuple, c’est ça la méthode, c’est ça la gouvernance en cours, opposer les uns aux autres. Diviser les religieux, les politiques, les communautés…ce n’est pas ça qui va sauver le pays », a-t-il dit. Selon lui, l’État malien ne contrôle pas 75% de son territoire. « Il faut qu’on sache aujourd’hui que l’heure est grave », a déclaré l’imam Dicko. A ses dires, tous les secteurs (commerçants, fonctionnaires, agriculteurs…) au Mali sont dans les difficultés. Pour lui, il  y a des valeurs au Mali qui sont en train de se perdre. A cet effet, il a mis l’accent sur le cousinage à plaisanterie (Sinankouya) qui n’existe nul par ailleurs au monde. « Interroger le génie malien, nous sommes capable de faire la paix, il n’y a pas de doute là-dessus », a-t-il dit.

A l’en croire, le Mali a été abandonné par ses dirigeants. « Nous n’allons pas détruire le Mali, nous n’allons pas nous ajouter à des gens pour le détruire et nous n’accepterons pas que le pays soit détruit devant nous. Mais ceux à qui on a confiés le pays, c’est eux qui ont détruit le Mali », a-t-il dit. Par ailleurs, il a rendu hommage aux soldats maliens. Aux dires de Mahmoud Dicko, l’état d’esprit du pays n’est pas bon. « Nous n’allons pas s’asseoir voir sombrer notre pays. Le rassemblement qui a eu lieu en valait la peine », a-t-il précisé.

L’imam Dicko a levé toute équivoque quant à la tenue du rassemblement du 19 juin 2020. « Tous ceux qui viendront, CEDEAO, ONU… on les écoutera. Nous ne sommes pas des gens agités qui n’acceptent pas de dialoguer. Ce que le peuple a dit est connu. Si le peuple a eu une réponse satisfaisante tant mieux mais dans le cas contraire, nous allons sortir massivement pour que tout le monde nous voit. J’appelle et remercie encore le peuple », a-t-il dit. Selon lui, il y a beaucoup de misères au Mali. Cependant, il dira que le peuple malien est digne.

« La sortie du vendredi prochain sera pacifique. Je veux que nous montrions au reste du monde que nous sommes un grand peuple issu d’une grande nation. Je veux que nous sortions de la manière historique à travers la masse, à travers le déroulement et la discipline de la manifestation. N’insultons personnes, ne cassons aucun endroit, n’incendions aucun endroit. On n’a pas besoin de ça. Nous sortons pour notre pays et nous allons dire ce que nous pensons. Ne posons aucun acte qui nous donne une autre image. Sinon nous allons être à la UNE des informations qu’il y a le feu au Mali. Non ! Ne soyons pas d’accord avec ça. On va montrer au monde que nous sommes un grand peuple. Je suis sûr et certains que le vendredi prochain, nous allons montrer quelque chose d’extraordinaire au reste du monde », a souligné l’imam Mahmoud Dicko. Enfin, il a souhaité la libération de l’honorable Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition malienne enlevé le 25 mars derniers dans le cercle de Niafunké (Tombouctou).

Aguibou Sogodogo

Source: Journal le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *