Libération des Servitudes : «Libérer et aménager les servitudes pour sauver des vies humaines ….»

La procédure s’étendra sur toute l’étendue du territoire national»  a promis M. Amadou Maiga Directeur National de l’Urbanisme lors d’une journée d’échange avec la presse le Mercredi 30 Avril 2014 dans la salle de conférence du Département de l’Urbanisme et de l’Habitat  à la Cité Administrative.

Prendre des dispositions pour éviter le drame de l’hivernage 2013 ; ce sont entre autres préoccupations des autorités. Réussir cette étape est un souci majeur d’où cette rencontre avec la presse considérée  comme un maillon essentiel dans la sensibilisation de la population.

 abdoulaye idrissa maiga ministre environnement eau assainissement

Pour le Directeur National de l’Urbanisme, la ville est « comme un être humain. Elle respire et doit être soignée». Il s’agira  de libérer les lits des marigots, les servitudes,  afin de sauver des vies humaines en cette veille d’hivernage. L’objectif  de la rencontre selon lui,   avait pour but d’informer la presse par rapport aux  nouvelles mesures relatives à la libération des servitudes des marigots en CI et IV. Six collecteurs ont été identifiés en CI et IV et seront aménagés à l’image de celui de Djafarana pour un budget estimé à environs 56 milliards de FCFA. Environs Huit cent (800) familles ont été recensées, mais pour cette première phase,  300 seront touchées. La priorité a été accordée aux collecteurs qui ont causé plus de dégâts c’est-à-dire les marigots (Tinkolé, Bankoni et Woyowayanko).

Depuis le 04 Avril dernier, une commission de suivi de la libération des servitudes a pu,  à la date du 29 Avril, dégager les nécessaires pour mener à bien l’opération. Mais bien, avant quatre commission avaient été mises en place : Une première commission pour confirmer les travaux de l’Urbanisme qui a déjà produit un document de 800 pages ; une deuxième pour statuer juridiquement sur les cas ; une troisième commission chargée d’humaniser l’opération  et une quatrième pour l’évaluer.

La procédure ne s’arrêtera pas seulement à Bamako, elle  s’étendra sur toutes les régions du Mali. Des  équipes sont déployées à l’intérieur.

Toumani Coulibaly

source:La sentinelle

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *