L’évènement marqué par un défilé militaire à Kati

L’armée malienne a commémoré, le lundi 20 Janvier 2020, son 59è anniversaire, sous la présidence du Chef suprême des Armées, Ibrahim Boubacar Kéïta, sur la place d’armes de Kati. Cette fête, célébrée dans toutes les régions militaires du pays, a eu son éclat particulier à travers un défilé militaire au Camp Soundjata de Kati, devant des membres du gouvernement, du corps diplomatique accrédité au Mali et de plusieurs autres invités de marque.

 

En un cérémonial bien réglé, le président de la République, Chef suprême des Armées, arrivé à 10 heures, sur la place des Armes de Kati, a d’abord été accueilli par le Premier ministre, Dr. Boubou Cissé, avant de procéder au dépôt de la gerbe de fleurs au pied du monument dédié aux morts. Le Chef de l’Etat sacrifia enfin à la tradition de la revue des troupes.

Cette séquence a ensuite laissé place au défilé, rythmé par la musique principale du Génie Militaire, le drapeau et sa Garde, l’Etat-major Inter Armées, une section des Anciens Combattants, les Compagnies du Prytanée Militaire de Kati, du Service National des Jeunes, de l’Administration Pénitentiaire et de l’Éducation Surveillée.

Les Eaux et Forêts, la Douane, la Protection Civile, la Police Nationale, une compagnie de soutien, la Gendarmerie Nationale, le Génie Militaire, la Garde Nationale, l’Armée de l’Air, l’Armée de terre, une section de la FORSAT, la Direction du Sport Militaire, l’unité cynophile et les engins roulants dont des blindés qui font partie de la toute dernière acquisition de l’Armée ont successivement donné de l’allure au défilé.

Avant d’accorder une interview à la presse, le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a éprouvé les mécanismes des nouveaux véhicules acquis pour les forces de Défense maliennes.

Dans son intervention, le Chef suprême des Armées s’est aussi réjoui de l’hommage qui a été rendu aux forces alliées du Mali qui se battent aux côtés des troupes nationales et qui meurent pour le Mali.  » Le devoir de décence de reconnaissance et de gratitude s’imposent à leur égard. Dès lors, tout discours contraire est antinational, antipatriotique, anti malien et cela ne se doit pas. Il ne faut pas aimer IBK mais il faut aimer le Mali, car le Mali est tout. », a-t-il soutenu.

Il a affirmé que d’assister à ce défilé a singulièrement réchauffé son cœur.  » Je vois aujourd’hui que la vie du soldat malien est protégée et elle sera protégée et avec sa bravoure nous vaincrons. Le terrorisme ne passera pas au Mali « , a-t-il garanti.

Abdoul DEMBELE

Source : l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *