Levée de blocus de Kati: le maire menace, le collectif persiste

Le maire de la commune urbaine, El Hadji Yoro OULOGUEM, a réagi, hier mardi, suite à la décision du collectif de Sirako de maintenir ses barricades. Dans une lettre adressée au coordinateur du collectif de Sirako, il fait une mise en demeure. Pour le coordinateur, ce n’est pas une lettre du maire qui leur fera reculer.

Dans la matinée du lundi 26 août, le Premier ministre, Boubou CISSE a reçu en audience des membres du collectif de Sirako. Au cours de cette rencontre, les deux parties ont échangé sur le problème de la dégradation de la route RN3 et de sa reconstruction. En outre, il a été question de la relance des activités du train voyageur. Cette rencontre s’est soldée par un échec parce que le Premier ministre et le collectif de Sirako n’ont pas pu trouver un terrain d’attente.
Ainsi, des jeunes de Kati ont décidé de maintenir leurs barricades encore pendant quelques jours. Selon leur coordinateur, elles ne seront levées que le jour où le Premier ministre arrêtera d’être très évasif pour déterminer la date du démarrage notamment des travaux de construction de l’axe Bamako-Kayes.
Alors, le maire de la commune urbaine de Kati décide de rentrer dans la danse. Dans une lettre, il saisit le coordinateur du collectif Sirako en l’intimant l’ordre de lever les barricades érigées dans sa circonscription.
« Dans le souci de la sécurisation des personnes et de leurs biens, le maire de la commune urbaine de Kati, en sa qualité d’officier de police administrative et judiciaire invite les représentants du collectif ‘’Sirako’’ à lever sans condition et sans délai, toutes les barricades dans la commune urbaine de Kati qui entravent la libre circulation des personnes et de leurs biens », met ainsi en demeure l’élu communal. Avant d’avertir « En cas de non-observation de la présente, toutes les mesures seront prises pour le retour de l’ordre public et cela dans le respect des lois et règlements en vigueur en république du Mali. »
En réaction à cette correspondance, le coordinateur du collectif de Sirako répond qu’ils (les jeunes) maintiendront leurs barricades. Et, selon lui, ce n’est pas une lettre du maire qui leur fera reculer. Au lieu d’être du côté de sa population, le maire El Hadji Yoro OULOGUEM semble être dans un jeu de séduction du régime en place parce qu’il traine des casseroles, dénoncent certains manifestants.

Par Sikou BAH

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *