Lettre à mon oncle Bass,

Cher oncle,

Salamou Aleïkoum ?

lettre ouverte bics stylo

Pour notre part dans la famille à Fantambougou-Bamako, nous disons, non seulement « Aleïkoum Assalam », mais aussi, « Alhamdoulilahi ».

Toutes mes excuses pour ne pas te traduire tous ces termes, mais, toi-même tu sais, comme ça, je les ai appris et comme ça, je les rends ou les garde.

Mais, revenons à la famille, pour te dire que grand mère se porte comme un charme et que toutes les 48 bouches de la troupe familiale continuent d’être fonctionnelles. Bonne et dure nouvelle.

Bonne, parce que, personne ne désir voir stationner devant chez soi, ce détestable minibus noir.

Dure, parce que, faire « fonctionner » des bouches et entretenir des ventres, ne relèvent pas du facile.

Surtout pour nous autres les « en bas ». Mais, toi-même tu sais, Tonton, les « voies du Seigneur sont impénétrables ».

C’est pourquoi, malgré la misère, nous demeurons du monde des vivants.

Quand bien même, d’autres, nés et évoluant dans l’abondance n’ont pas eu l’opportunité de vivre ce jour.

C’est te dire que, Allahou Akbar !

Walahi, Bilahi, je jure, il faut croire en Allah car, seul lui est impartial, juste et bon.

Par là, je ne suis point entrain de devenir un « islamiste », ou un prêcheur. D’ailleurs il n’y a plus de place dans ce milieu. Sinon, j’y rentrerai…. pour en profiter comme ce cher Mahmoud Dicko.

Et oui, Tonton, tous les moyens sont bons pour se procurer à… manger. Bilahi !

Concernant la République, je t’informe qu’elle est secouée par d’interminables grèves. Il y a celle des médecins et autres agents de Santé qui dure depuis  plus de deux semaines sans que nos hautes autorités n’arrivent à y mettre fin. Pendant ce temps, dans nos hôpitaux, centres de santé et autres machins du genre… des bébés, des femmes et des vieux meurent sous les yeux implacables et indiffèrent des blouses blanches, vertes, roses ou encore bleues.

Mais, en réalité grève ou pas grève, mon cher oncle, entre les mains de ces gens, on ne compte plus les morts par négligence ou incompétence.

Pire, pour une simple entorse, ils pourraient vous amputer une jambe, ou un bras. Pour une inflammation à la langue, vous rendre muet pour le restant de vos jours. Walahi, bilahi, je jure !

Autre grève illimitée décrétée, la  semaine dernière, c’est celle des enseignants du supérieur.

 

 

 

Eux aussi, mon pauvre  Bass, réclament plus   de bouffe.

Grève, grève et grève. Toujours la même chose avec les mêmes personnes !

Et dans tout ça, qui parle de nous autres, les maliens d’en bas, du silence de la faim, la soif, la maladie, l’incertitude du lendemain, la misère ?

Nous autres qui sommes à juin, du 1er Janvier au 31 Décembre de chaque année. Nous autres victimes devant l’Eternel de ces moutons de la République, ces vampires de la pire espèce, ces cannibales qui volent et pillent impunément l’économie nationale. Nous autres, l’écrasante majorité des populations de ce pays dont les voleurs boivent le sang et se baignent dans la sueur. 

Mais, walahi, bilahi, je jure, le jour viendra où, nous les faibles et les petits décréterons notre grève illimitée. Ce jour mon cher oncle, tous les vampires de la République s’envoleront vers d’autres horizons. Je le dis pian ! Parce que, c’est ça qui sera ça. Walahi, bilahi, je jure !

En attendant, je dois te signaler que le chef de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé a été reçu la semaine dernière à Koulouba par  notre ‘’En haut d’en haut’’ C’était, dit-il, pour attirer l’attention d’IBK sur les souffrances des populations suite à la grève meurtrière des médecins et autres agents de la Santé.  Comme si le président de la République n’en savait rien. Ha ! Les politiciens. Ils sont vraiment des comiques. !

 A lundi prochain Inchalah !

Par ton petit Ablo.   

Source: Le 26 Mars

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *