‘’Les raisons de ma colère’’ : à quoi sert la SOMAGEP ?

Qui peut imaginer à ce siècle que les populations sont en manque d’eau dans les grandes villes ? Que se passe-t-il dans notre pays ? Décidément, le pays de Feu Modibo Keita va mal et très mal dans tous les secteurs de la vie publique.

 

A qui la faute ? Que font les populations réellement ? Connaissent-elles leurs droits ? S’il est vrai que l’eau est source de vie, l’existence des populations maliennes est menacée tous les jours que Dieu fait. Oui, nous vivons par la grâce d’Allah sinon aucune condition idoine n’est véritablement prise pour que le malien puisse vivre longtemps.

La société chargée d’alimenter les populations en eau potable a longtemps abandonné les paisibles consommateurs à leur propre sort, au vu et au su de tous. Les autorités assistent impuissamment au désastre. Même la capitale qui est supposée être la ville pilote est aujourd’hui une ville sinistrée, une ville où l’eau est devenue malheureusement une denrée rare. Certaines familles sont aujourd’hui à six, voire huit mois, sans aucune goutte d’eau  dans leur robinet.

Chacune se débrouille comme elle peut en faisant la courbette devant les portes des plus nanties qui disposent des forages. Les femmes sont sur pieds dans ces quartiers depuis l’aube en faisant la queue devant les forages afin d’avoir quelques seaux d’eau pour leurs familles. Qui dit qu’il est paisible de vivre au Mali ?

Et dire que les factures sont gonflées d’année en année. Et dire que le plus souvent, c’est l’argent du contribuable qui est utilisé pour subventionner ces sociétés improductives.

N’est-ce pas là, une source de frustration des populations ? Et dire que les cadres de ces sociétés se plaisent et circulent dans de grosses voitures sans gêne ! Quelle injustice ! N’est-ce pas là, de la moquerie ?

N’est-ce pas là du mépris pour ces braves populations qui se battent tous les jours pour être à jour de leurs impôts et autres taxes ? Quel est donc l’intérêt de l’existence de la SOMAGEP ? Faut-il fermer ou changer de statut ? La question reste posée.

Bakara Diallo

Source : L’Analyste

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *