Les nouveaux ponts de Bamako et Ségou : L’honorable Yacouba Traoré sur les sites !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la commission des Travaux Publics de l’Assemblée nationale est entre de bonnes mains pour cette 5ème législature. L’Assemblée nationale ne pouvait pas d’ailleurs trouver mieux, car cette commission est aujourd’hui présidée par un spécialiste du domaine des travaux publics, mais aussi un homme résolument engagé pour le développement de son pays et la bonne réalisation de toutes les infrastructures que le gouvernement décide de réaliser pour le développement du pays. Il s’agit de l’honorable Yacouba Traoré, un homme de terrain qui vient de boucler une série de visites sur la route Bamako-Ségou, l’Avenue l’an 2000 de Ségou, le site du pont de Ségou et celui du 4ème pont de Bamako.

travaux route maquette autoroute bamako segou

Sous la clairvoyance du président de la commission des Travaux Publics, honorable Yacouba Traoré, l’Assemblée nationale a décidé d’initier  une tournée à travers toutes les régions pour s’enquérir de l’état des routes. Mais aussi, de l’état d’avancement et d’exécution des  projets en cours.

Route Bamako-Ségou : dégradation de la route avant la fin des travaux

La mission dirigée par l’honorable Yacouba Traoré a  commencé par la route Bamako-Ségou.

Selon lui, les travaux doivent prendre fin entre décembre 2014 et janvier 2015. Mais aujourd’hui, l’entreprise est un peu coincée par les problèmes de déguerpissement car il ya des bâtiments qui se trouvent jusqu’à présent dans l’emprise de cette route, surtout dans les traversées de certaines agglomérations comme  le tronçon PK0 vers Yirimadio où il ya le gros du problème.

« C’est pourquoi, nous demandons le civisme des populations et sur le plan administratif, nous allons rencontrer ceux qui sont en cause pour ce retard et les exhorter à  se rendre utiles pour le pays afin que les zones soient déguerpies le plus rapidement possible et permettre l’achèvement de ces travaux  de cette route que les populations attendent avec impatience », a laissé  entendre l’honorable Yacouba Traoré.

Sur le plan qualité des travaux sur la route Bamako-Ségou, l’honorable Traoré explique qu’après Konobougou, ils ont  remarqué des dégradations avec des réparations très fréquentes de la route. Toute chose qui dénote de la mauvaise qualité des travaux de la route dans cette localité.

« Nous demandons à l’entreprise et à toutes les structures impliquées dans la réalisation de ces ouvrages à  veiller au respect de la qualité des travaux et à reprendre les  différentes parties déjà réparées avant la fin même des travaux pour que nous ayons une route bien faite »,poursuit l’honorable Yacouba Traoré.

Qui indique qu’au  niveau des traversées des agglomérations, ils ont aussi  remarqué que l’exécution des caniveaux pose problème, car  l’accostage des véhicules de transport passagers ou de marchandises  à la bordure des caniveaux cause toujours des accidents, l’éboulement de ces caniveaux qui cause souvent le renversement de ces véhicules.  Pour lui, ceci est un problème très dangereux sur le plan sécuritaire à gérer. Aussi,  l’entreprise et les services impliqués dans l’exécution de ce projet  doivent voir cet état de fait, la cause de ces éboulements.

« Nous avons aussi rencontré beaucoup de véhicules gâtés ou  en panne le long de la route, accostés il y a plus de trois mois. Ces véhicules constituent pour la circulation nocturne sur cette route non électrifiée des sources d’accidents, souvent même mortels. », regrette l’honorable Traoré. Qui poursuit qu’il  revient aux services qui ont pour mission d’assurer  la sécurité routière notamment l’ANASER  de  faire en sorte que ces véhicules soient déguerpis de la chaussée. Ou même faire en sorte que lorsqu’un véhicule tombe en panne et passe de longs moments sur la chaussée, que le  propriétaire soit pénalisé.

Un autre problème signalé par l’honorable Traoré  concerne la mauvaise conduite des usagers de cette route en chantier. Ces véhicules qui traversent  les agglomérations à grande vitesse. Toute chose qui cause souvent des accidents.

Le délai compromis par des problèmes de déguerpissements

Pour l’honorable Traoré, le blocage pour les travaux de la route Bamako-Ségou  se trouve au niveau des grandes agglomérations  dont Bamako. Où des dispositions doivent être prises par les autorités pour que les travaux puissent être réalisés dans le délai

Concernant les autres agglomérations  traversées par la route, telles que Kasséla, Zantiguila, Marakakoungo, Fana, Konobougou  , le président de la Commission TP  dira qu’ils ont rencontré les populations pour les sensibiliser. Toute chose qui a donné  de bons résultats car les populations ont adhéré au projet.

«  Je les salue et félicite pour leur civisme et patriotisme  car elles-mêmes ont commencé à démolir et démonter les parties utiles de leurs maisons pour permettre le passage de la route sans aucun problème. », s’est réjoui l’honorable Yacouba Traoré. Qui estime que pour les zones de blocages dans les agglomérations comme à Bamako, ils vont chercher à  rencontrer les populations pour les sensibiliser même si celles-ci ne sont pas faciles à rencontrer comme dans les agglomérations périurbaines. Aussi, ils vont  appeler les autorités impliquées dans la gestion du projet à prendre  des mesures idoines pour que l’entreprise puisse respecter le délai d’exécution des travaux.

Selon lui, aujourd’hui, le  délai est compromis par plusieurs facteurs. Notamment, le problème de déguerpissement des populations, leur sensibilisation afin de les faire adhérer au projet. Toute chose  qui devrait être faite avant le début du projet  mais qui ne l’a pas été  en son temps.

« C’est une œuvre gigantesque pour le pays qui permettra de désenclaver une partie du pays, car avant la route Bamako-Ségou relevait du parcours de combattant, mais avec cette route, en trois heures de temps on est à Ségou à partir de Bamako », se réjoui-t-il.

Avant d’ajouter qu’en tant que représentants du peuple et répondant aux préoccupations de la population, toute malfaçon au niveau de ce  projet  les interpellera au même titre que  toutes les personnes chargées de sa gestion.

« Quand nous voyons des éléments techniques, sociaux ou même environnementaux qui ne tiennent pas la route, nous sommes obligés de les signaler et interpeller qui de droit pour que cela soit corrigé. », a-t-il indiqué.

La seconde phase de la mission de l’Assemblée nationale a  été consacrée à la visite de  l’Avenue l’an 2000 de Ségou. Cela a permis à l’honorable Yacouba Traoré et sa délégation de voir l’installation de l’entreprise sur le terrain et le démarrage des travaux.

Sur le terrain, explique l’honorable Traoré, l’entreprise a commencé par  la démolition et le redressement des caniveaux pour un bon assainissement de la ville, puis a commencé la dépose et la repose des bordures des terres-pleines centrales.

Selon lui, l’option retenue après toute vérification  est la réalisation de la chaussée en grand  bitume  de 12 centimètres plus 5 centimètres de béton bitumé. Une solution, selon lui, qui  permettra de réaliser les travaux de façon rapide parce que la chaussée existante est toujours rigide.

Pour lui, l’état  d’avancement des travaux est d’environ 10%  pour  25% de délai consommé sur l’Avenue l’an  2000 de Ségou. Mais les différentes options prises, l’équipement et les moyens mobilisés en matériaux et matériels sur la base de l’entreprise sont rassurants.

Bientôt un pont à Ségou et un 4ème pont à Bamako

Aussi, les députés ont effectué, sur invitation du  ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, une visite à Ségou pour le choix du site du pont. Cette visite  leur a  permis de voir les différents sites possibles pour le projet avec l’équipe chinoise qui est chargée de l’étude de faisabilité de ce projet. Aussi, elle a permis à l’équipe chinoise de  voir le terrain, les populations, se rendre compte de l’aspect social, économique, environnemental et technique pour le choix du site du futur pont de Ségou.

Pour L’honorable Yacouba Traoré, ce pont est une infrastructure attendue par les populations ségoviennes depuis longtemps qui  permettra de désenclaver les zones se trouvant derrière le fleuve,  notamment Dingani, Souban et autres qui sont des zones d’agriculture et d’élevage par excellence.

Avec ce pont, l’essor économique de Ségou sera beaucoup plus à la pointe. Car c’est un élément clé pour que Ségou soit réellement une acropole estime l’honorable Yacouba Traoré.

En plus de Ségou, l’honorable Yacouba Traoré a visité mardi 21 octobre dernier avec le ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, le site du 4ème pont de Bamako qui se situe vers Baco Djicoroni derrière le fleuve et Djicoroni –Para  de l’autre coté du fleuve. Cette visite a été effectuée en compagnie du gouverneur du District de Bamako, le Maire du District…

Cette visite donne déjà l’élan  pour le début des études de ce projet, une grande amorce pour sa réalisation.

Pour l’honorable Yacouba Traoré,  avec ce 4ème pont, le passage d’une rive à l’autre qui est souvent un parcours de combattant  à certaines heures de la journée sera plus facile. Selon lui,  c’est un projet qui vient à point nommé  et ce  pont ne sera pas un luxe insolent mais une nécessité pour les populations.

 

  1. Diama

Source: Le Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.