Les femmes des forces de sécurité invitées à un atelier EUCAP

L’unité Droits de l’Homme et Genre de la mission EUCAP Sahel Mali a accueilli une vingtaine de femmes des Forces de Sécurité Interne (FSI) à un atelier interne, tenu le 5 novembre. Cette première rencontre entre « femmes FSI » visait à créer un espace de dialogue et d’échange d’information entre les femmes de la Police, de la Gendarmerie et de la Garde. La réalité du personnel féminin au sein des trois forces a été analysée dans le but de développer des actions pour répondre aux défis divers.

’Eucap Sahel Mali mission europeenne

Le recrutement des femmes dans les FSI est un processus récent au Mali. La première force de sécurité qui introduit des femmes dans ses troupes est la Police nationale en 1969. Pour la Garde nationale et la Gendarmerie nationale, la présence féminine est beaucoup plus récente : les premières femmes  ne sont entrées dans ces deux corps qu’en 2006. En 2014, on comptait environ 5% de présence féminine chez les hauts gradés de la Garde nationale  et 3% de la Gendarmerie. En 2014, 12.4% du personnel de la Police était féminin.

Pourquoi engager les femmes dans les Forces de Sécurité?

Le Mali est signataire de la résolution 1325, adoptée au Conseil de sécurité de l’ONU en octobre 2000 et qui promeut une plus grande participation des femmes dans les initiatives de paix et de sécurité.

Il ne faut pas oublier que les femmes constituent la moitié de la population et elles ont des rôles importants à jouer dans la promotion d’une sécurité inclusive et durable. La prise en compte des questions de droits humains et de genre est essentielle pour assurer que les FSI soient représentatives et pour que les trois forces puissent répondre aux besoins sécuritaires de la totalité de la population. Par ailleurs, les femmes sont susceptibles d’augmenter l’intérêt et le soutien de la communauté envers le processus de la réforme du secteur de la sécurité (RSS) engagé par le gouvernement malien.

Pour appuyer cette intégration, la Mission EUCAP Sahel Mali met en avant l’importance du respect des Droits humains et d’une approche sensible au Genre dans toutes ses actions à l’endroit des trois forces de sécurité que sont la gendarmerie, la garde et la police.

Au sein des trois forces, les femmes font face à de nombreux défis quotidiens allant du poids de la culture à certains stéréotypes. L’augmentation de la participation des femmes n’est pas vraiment prise en compte dans les budgets des processus de réforme de secteur de sécurité.
La journée du 5 Novembre  a donc permis de comprendre et d’analyser les réalités des femmes au sein des FSI et de voir dans quelles mesures les positions et perspectives professionnelles peuvent être renforcées. Par la même occasion EUCAP Sahel Mali compte aider les trois forces de sécurité à renforcer la réponse institutionnelle aux violences basées sur le Genre.

Pour faire face à ces défis, les participantes ont exprimé un besoin de formation afin de rehausser le niveau du personnel féminin dans les FSI mais surtout pour sensibiliser leurs forces respectives pour une plus grande connaissance des questions du genre.

 

Source : EUCAP Sahel Mali

Source: L’Oeil du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *