L’électricité va augmenter, pourquoi maintenant ?

Les signaux étaient au rouge depuis plusieurs mois. EDM a plusieurs fois communiqué sur son incapacité à continuer à fournir l’électricité au prix actuel. Les délestages fréquents étaient dus en grande partie à la difficulté pour la société d’acheter le carburant pour une énergie qu’elle revendait moins cher qu’il ne lui en coûtait pour produire. La forte demande également conséquence de la croissance démographique nécessite de nouveaux investissements que la société ne peut se permettre, les caisses étant vides. L’objectif du réajustement tarifaire des services d’électricité est donc de permettre à l’opérateur EDM de faire face à cette situation et parvenir à maintenir un service public de qualité au profit des consommateurs. La CREE en vertu de ses missions et prérogatives a pris la directive n°14-001/C-CREE portant nouvelle grille tarifaire.

 

energia mali edm

 
La hausse des tarifs porte sur trois bandes horaires identifiées comme les différents périodes de consommation. Ainsi pendant les heures de pointe, c’est-à-dire de 18 heures à 00 heures, l’opérateur EDM facturera le kw/h à 110F Fcfa contre 98F auparavant. Pour les heures pleines allant de 08 heures du matin à 18 heures, il passe de 71 Fcfa à 75 Fcfa. Enfin pour les heures creuses de minuit à 8 heures du matin, le kw/h passe de 48 Fcfa à 55 Fcfa. Précision importante, le réaménagement de prix de l’électricité ne concerne pas les lignes de basse tension qui alimentent les ménages domestiques, à condition que la consommation de ces dits ménages ne dépasse pas le seuil de 100 kw/h. Cette tranche sociale dans laquelle se trouvent en principe les ménages les plus démunis bénéficie d’une subvention de la part de l’Etat.
Outre les ménages, les hausses concernent également les entreprises au Mali qui vont devoir débourser un peu plus pour leur consommation d’électricité. La CREE insiste cependant sur le fait que cette augmentation ne viendra pas remette en cause leur compétitivité

Des consommateurs « dépassés
Bien qu’elle soit de moins de 10f le kw/h (pour la plus grosse hausse sur les heures de pointe), l’augmentation du prix de l’électricité n’en est pas moins une mauvaise nouvelle pour les consommateurs maliens. Déjà en proie avec un quotidien de plus en plus difficile, les usagers qui nourrissent une certaine animosité vis-à-vis de la société EDM, se disent dépassés par cette nouvelle. Sur les réseaux sociaux, les réactions ont été vives à l’annonce de la hausse « du prix d’un courant qu’on n’a d’ailleurs pas de manière constante. On nous coupe des heures durant et les factures arrivent encore plus élevées que d’habitude ». M. Diallo est jeune cadre et il est « conscient que c’est dur pour EDM ». Mais selon lui, on « demande des efforts à ceux qui en font déjà trop ». Aminata Bagayoko, ménagère, est du même avis. « Si on doit faire face à la vie de plus en plus chère et en plus payer plus cher l’eau et l’électricité, nous allons tout simplement nous priver encore plus » affirme-t-elle quelque peu dépitée. Elle rappelle que récemment, le gaz, le carburant et même les loyers ont connu des hausses. Sans compter la période de soudure à laquelle s’ajoute la proximité du mois de Ramadan.

Le sieur Diarra s’interroge quant à lui sur le gaspillage. « Pendant qu’on veut nous faire payer plus, d’autres qui ne paient pas un rond, utilisent tous les appareils qu’ils désirent et “hébergent” même les congélateurs de leurs parents. Pourquoi devons-nous nous serrer la ceinture pendant que d’autres abusent de ce pour quoi nous payons? ». Les commentaires vont bon train dans les grins et les services où une véritable « prise de conscience » est en train de se faire, comme le confesse cette dame en poste à la cité administrative. « Je ne faisais pas attention à la clim avant mais maintenant, j’éteins avant de quitter le bureau », parce que « je sais que la facture de l’Etat, c’est nous qui la payons »…

« C’est la faute au FMI », affirme, péremptoire, un jeune tenancier de cybercafé. Le Fonds Monétaire International (FMI) recommandait en effet récemment aux autorités maliennes de rétablir la vérité des prix en matière d’électricité. « Nous sommes fatigués, l’Etat doit avoir pitié de nous » conclut Mme Bagayoko qui pense que les autorités doivent aider EDM sans pour autant faire payer plus cher les ménages. Un appel qui n’a pas grande chance d’être entendu…

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.