Le secteur du gaz domestique de nouveau dans la tourmente : Les distributeurs n’entendent plus accepter » les bouteilles étrangères » et celles des sociétés inexistantes

A cause de la nouvelle exigence du gouvernement imposant aux sociétés gazières de ne pas recharger les bonbonnes des unes et des autres et les  » bouteilles étrangères  » le Groupement professionnel des distributeurs de gaz butane au Mali (GPDG) vient, à son tour, de décider d’arrêter, à compter de ce vendredi 30 mai, tout échange de ces bouteilles étrangères et celles de Shell, Mobil et Seregaz. Une correspondance datée du 26 mai a été adressée dans ce sens au ministre du Commerce et les différents services techniques concernés par le président du GPDG. Ainsi de nombreux ménages qui  n’ont pas acheté ces bonbonnes mais qui se sont retrouvés malheureusement avec elles lors des échanges, seront privés de gaz, sauf s’ils acceptent d’acheter de nouvelles bouteilles.

 

Coumba Gaz butane licenciement collectif societe bamako

 

Nous distributeurs et revendeurs de gaz, venons par la présente vous informer qu’à partir du vendredi 30 mai 2014, nous avons décidé de ne plus accepter les bouteilles de gaz dites étrangères au Mali et celles dont les centres emplisseurs ne sont plus fonctionnels tels que Shell, Mobil et Seregaz avec les consommateurs pour cause de non emplissage au niveau des centres emplisseurs  ». C’est en ces termes que le président du GPDG s’est adressé au ministre du Commerce ainsi qu’aux services techniques de l’Etat concernés par la question comme l’ONAP, l’AMADER, la DNE, la DNCC, la DNGM et les associations de consommateurs. Dans la même correspondance, le président Yattassaye souligne que cette situation entrainera une perturbation énorme dans la consommation du gaz au Mali en cette veille du mois de carême, car toutes ces bouteilles dites étrangères sont aux mains des consommateurs.  Ceux-ci les ont eues au cours des échanges sans s’en rendre compte et aujourd’hui on veut les pénaliser.

 

Cette enième crise dans le secteur du gaz  est sans nul doute la preuve que le gouvernement peine à trouver aujourd’hui le mécanisme approprié pour la promotion de la consommation du gaz domestique principale alternative à la lutte contre la consommation du bois, source de désertification. A cause des mauvaises politiques, la consommation annuelle du gaz au Mali est la plus faible de toute la sous-région.

 

La récente décision du gouvernement qui, pour prévenir les sociétés gazières contre d’éventuels dégâts causés par leurs bouteilles, vient de leur interdire de  remplir les bouteilles des unes et autres et aussi les bouteilles étrangères, n’est pas sans conséquence.

Cette décision pénalise les distributeurs de gaz et par ricochet les consommateurs.  Le président de leur association, Birama Yattassaye de préciser que certaines de ces bouteilles ne sont pas étrangères, mais étaient la propriété des sociétés qui faisaient le gaz dans le temps mais qui ont disparu, alors que leurs bonbonnes sont restées avec les consommateurs. Il cite les cas de Shell, Mobil ou Seregaz.

 

« Ces sociétés n’évoluent plus dans le gaz, mais leurs bouteilles demeurent dans le circuit au niveau des ménages qui les ont achetées. On ne doit pas les pénaliser  pour une situation dans laquelle ils ne sont pour rien. Jusque-là, aucune bouteille étrangère n’a causé un drame au Mali  » explique t-il. En tout cas, le pire est que tout consommateur pouvait échanger une bouteille d’une société contre celle d’une autre à un point de vente. Sauf que les stations Total n’acceptaient pas les autres bouteilles. Mais désormais ce sera la bouteille de la même société qui sera échangée.

 

Donc un ménage est contraint de se retrouver avec plusieurs bouteilles. Malgré les multiples rencontres avec les autorités qui sont restées inflexibles, les distributeurs ont décidé de transposer la mesure aux consommateurs  à compter de demain vendredi 30 mai. Une réunion est prévue au ministère du commerce et on espère que celle-ci va permettre de désamorcer cette bonne sociale en gestation.

 

Youssouf CAMARA

SOURCE: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.