Le président IBK met la démocratie chèrement acquise en 1991 dans la poubelle.

Le Mali vit désormais dans un régime monarchique , dictatorial en violation non seulement de la constitution de 1992 mais aussi de la charte Africaine de la démocratie.

L’organisation de cette comédie électorale pour élire les députés sur la base d’une loi organique caduque et sur fond de bricolage juridique et administratif.

Les propos du premier ministre Boubou Cissé disant : Corona virus ou pas ces élections législatives auront lieu et il faut une majorité confortable au président de la République.

Le 3em tour des élections législatives à travers l’arrêt de la cour constitutionnelle non seulement taillé sur mesure pour donner une majorité confortable au président de la République comme annoncé par le premier ministre Boubou Cissé,mais aussi en nommant des députés à la place de ceux élus par le peuple.

L’élection du tout nouveau président de l’Assemblée nationale sur la base du choix du président de la République et non le choix du bureau politique national du RPM occasionnant le retrait du candidat du BPN _RPM.

Le vote massif des députés de l’URD en faveur du candidat de la majorité est non seulement une trahison des députés envers l’URD et le chef de file de l’opposition politique mais aussi une trahison du peuple et de l’esprit démocratique du statut de l’opposition.

Le président de la République à défaut d’attribuer la présidence de l’AN à son C,l’attribue à un autre fils et fidèle compagnon pour préparer l’élection présidentielle de 2023 .

En conclusion l’objectif du président de la République IBk est encours d’être largement atteint à savoir protéger son régime et parvenir à élire son fils Karim Keita comme président de la République en 2023.

Pendant ce temps le peuple continue son sommeil profond et les Leaders politiques sérieux au lieu de se mettre ensemble pour mettre fin à cette prédation politique sont dans les combats individuels .

Qu’on soit du centre ou de l’opposition ,qu’on soit parti politique ou association de la société civile, individuellement nous ne pouvons rien mais ensemble nous pouvons restaurer l’espoir et la démocratie en épargnant notre pays de ce système de prédation politique qui a atteint ses limites à travers cette élection.

NB : je ne suis ni contre le nouveau président de l’AN ni contre le fils du président de la République.
Mais je suis contre les manœuvres politiques antidémocratiques et anti républicaines mettant en cause nos efforts de mars 1991.

Ma conviction demeure l’annulation pure et simple de cette comédie électorale avec des députés non représentatifs et non légitimes.

Source: Bamada.Net

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *