Le Président IBK encore hospitalisé à Paris : Le silence de Koulouba inquiète

Disparu de tout écran, depuis le 21 janvier dernier, date à laquelle il recevait les familles fondatrices de Bamako, le Président Ibrahim Boubacar Kéïta serait en visite de santé à Paris, en France. Selon nos informations, il y serait de nouveau hospitalisé pour un malaise sur lequel le silence radio de la Présidence de la République laisse planer doutes et inquiétudes.

ibrahim-boubacar-keita-ibk-mali

Le service communication de Koulouba, jadis réputé très prompt dans la publication des informations relatives au Chef de l’Etat, a, cette fois-ci, opté pour l’omerta, donnant ainsi libre cours aux spéculations et interrogations sur l’état de santé réel du numéro 1 malien.

Une autre hospitalisation à Paris, neuf mois seulement après avoir quitté ces lieux pour la même raison, un malaise vagal ressenti à Marrakech au Maroc dans l’intervalle de ces chutes de santé, il y a de quoi s’inquiéter pour le locataire de Koulouba. Une opération d’une tumeur bénigne subie avec succès, en avril 2016, Dieu seul connaît la nature du mal actuel pour lequel le Président de la République aurait été évacué en catimini dans le plus grand secret possible sur la capitale française. On s’attendait à ce que Koulouba balance, via son site ou son compte twitter, comme à l’accoutumée, un communiqué relatif à cet état de fait. Mais hélas ! C’est sans compter sur les consignes reçues. Le service communication du Chef de l’Eta qui s’éclipse crescendo pour avoir rompu, depuis belles lurettes, avec ses sorties hebdomadaires ‘’Rendez-vous avec Koulouba’’, n’a nullement daigné piper le moindre mot sur le sujet. Ce sont des spéculations qui vont alors bon train ; des ‘’GRIN’’ aux salons feutrés de la capitale.

Y a t-il vacances momentanées du pouvoir au sommet de la nation ? Le Chef de l’Etat serait-il opérationnel jusqu’au terme de son mandat ? Possède-t-il encore les aptitudes physiques nécessaires à l’exercice de ses fonctions s’il doit se faire évacuer pratiquement tous les six mois? Telles sont, entre autres, les interrogations qui taraudent les esprits des Maliens par ces temps où l’on imagine que le locataire de Koulouba serait en train de faire les frais de la débauche d’énergie dont il a fait preuve lors du sommet Afrique-France et du dernier déplacement qu’il venait d’effectuer à Gao au chevet des victimes de l’hécatombe du 18 janvier dernier.

L’état de santé du Président de la République a beau être un secret de polichinelle mais son service de communication se doit de trouver de bonnes raisons pour justifier l’absence du Chef de l’Etat aux grands rendez-vous auxquels il est attendu. Pour qui connaît le goût du Président IBK pour les voyages, il est aisé de se rendre compte qu’il ne brillerait pas à la tribune du sommet de l’Union Africaine par son absence pour une raison des moindres. Remplacé à cette occasion par le PM Modibo Kéïta, la cellule de communication dirigée par notre confrère Racine Thiam n’est pas forcément tenue de justifier ce substitut ; mais, cependant, on se demande de quel alibi va-t-elle bien disposer pour expliquer l’absence du Président IBK au prochain Conseil des Ministres du mercredi 1er février 2017, si l’Homme fort de Bamako venait à y être aux abonnés absents.

Katito WADADA

Source: LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *