Le GRIN: À Bamako, les jeunes en raffolent.

De nos jours, les ruelles à Bamako sont quotidiennement peuplées de grins, des jeunes  se regroupant la plupart du temps autour du thé, se livrant à d’innombrables pratiques et comportements irresponsables.
jeune chomeur emploi grin the
Le grin est un regroupement de personnes, s’assemblant très souvent autour du thé, discutant de toutes choses ; les problèmes et leurs solutions, etc., c’est aussi un endroit de relaxe et d’échanges d’idées.
Aujourd’hui dans la capitale malienne, cette fréquentation mixte est devenue un véritable clan d’enfants gâtés. En cette période de vacances, les grins se multiplient davantage, les jeunes se regroupent tout en se livrant à toutes sortes de pratiques et de comportements qui laissent à désirer, entravant l’évolution normale des quartiers.
Des termes odieux sont proférés très souvent au cours de ces rencontres et bien évidemment des insultes allant en direction des parents. Ce qui voudrait dire que tout propos avancé, est fait d’insultes ou d’injures, soit à l’égard du père ou à l’égard de la mère.
Celui qui n’a pas épargné ses parents des injures, n’épargnera personne, même pas lui-même. D’où de nombreuses déviances, jusqu’à l’agression des filles qui les suivent, mais  malgré cet état de fait, elles les apprécient et les aiment. Ils passent tout leur temps à courir derrière elles, en oubliant leur avenir, en se livrant  à la consommation de toutes sortes de stupéfiants comme la drogue, la cigarette, l’alcool et bien d’autres choses nuisibles à la santé.
Toutes choses  qui compromettent l’avenir de ce pays, les jeunes étant son socle. Qu’est-ce qui explique aujourd’hui cette mauvaise dégradation des mœurs des jeunes dans nos sociétés ?
La question mérite tout au moins une réponse, dans la mesure où nous nous trouvons face à une situation extrêmement chaotique dans notre société.
Les parents ne jouent-ils pas réellement leurs rôles ? Ou ont-ils simplement abdiqué de toute leur charge ?
Ce qu’il faut dire et préciser surtout, c’est que les parents acceptent eux-mêmes les fréquentations des enfants. Cette fréquentation pourrait sans doute être la cause de ces habitudes comme faire descendre le pantalon au bas des fesses. Alors on dira qu’ils seraient victimes du milieu vécu ou du milieu fréquenté. Les grins deviennent de plus en plus un véritable casse-tête à Bamako, car actuellement les jeunes discutent de tout sauf le sérieux, cultivant la délinquance, et en même temps le chômage qui empoisonne leur esprit.
Moriba DIAWARA
(Stagiaire)

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *