LE CURE-DENT A LA COTE

Tige, racine issue de différentes plantes africaines, le cure-dent a la cote en ce mois béni de Ramadan. Au niveau des marchés, dans les rues, les enceintes des services, ce bâtonnet que l’on mâche d’abord avant de se frotter les dents une fois qu’il est ramolli par l’action de la salive, est dans presque toutes les bouches. Entrainant ainsi une flambée des prix qui semble bien profiter à de petites vendeuses à la sauvette.

Sanata Diarra est vendeuse de cure-dents. Cette trentenaire, assise avec ses jumeaux au milieu d’une foule de marchandes, vend des cure-dents («Siriguesè», «Guelè») au grand marché de Bamako. Interrogée, elle répond : «Comme c’est le mois de Ramadan, de nombreuses personnes se curent les dents. Le marché est rentable en ce moment».
Pour ce faire, Sanata Diarra achète le sac à 2.500 Fcfa et revend le bâtonnet en raison de 50 à 100 Fcfa l’unité. En trois jours, elle écoule la marchandise. Mais c’est surtout vers le petit soir, à l’approche de l’heure de rupture du jeûne que le volume de la vente augmente.
Ali Traoré exerce ce métier depuis plusieurs années. A cet effet, il parcourt à pied plusieurs quartiers et marchés de Bamako. «Je trouve que le marché est très bon qu’avant», dit-il. En ce mois de Ramadan, Ali vend entre 50 à 60 bâtonnets de cure-dent par jour en raison de 50 à 100 Fcfa l’unité, soit environ 3.000 à 4.000 Fcfa par jour. Alors qu’il peinait à vendre le contenu d’un sac en deux semaines. Par ailleurs, le jeune commerçant déplore une hausse soudaine du coût des cure-dents.
«Le prix en gros du sac en provenance de Mopti est passé de 2.500 à 3.500 Fcfa», affirme-t-il. «Cette augmentation se justifie par une hausse des prix au niveau des marchés d’approvisionnement», explique Mohamed Ajar qui vend des cure-dents depuis 31 ans. Ce ressortissant de Nara prend le sac de 100 kg à 7.000 Fcfa contre 6.500 Fcfa avant le carême. Salimou Sissoko, croyant à Baco-Djicoroni, soutient qu’il est bon de se nettoyer les dents avec le cure-dent pendant le Ramadan. Car, dit-il, le Prophète (PSL) aimait se curer les dents et le faisait cinq fois par jour, à savoir chaque fois qu’il allait prier. Le Prophète aimait aussi inciter les croyants à le faire.

Fadi CISSÉ

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *