Le chef spirituel des “pieds nus”, Cheick Khalil Kanouté lors de la conférence de sa confrérie à Kati : “Pour que nous soyons indépendants, il faut que nous réduisions à priori la place du bien matériel (argent) dans notre société…”

Dans le cadre de ses activités de la célébration de la nuit de destin, communément appelée Achoura, l’association Djouroubakélé dirigée par Mohamed Gadiaga, a organisé, dans les locaux de la Maison des jeunes de Kati, une conférence sur la portée historique et les bienfaits de cet évènement. Cette rencontre était animée par le guide spirituel de la confrérie des “Pieds nus”, Cheick Ibrahim Khalil Kanouté.

C’était en présence des chefs de plusieurs confréries religieuses venues du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire de la Guinée, du Sénégal ainsi que des fidèles musulmans et des adeptes des “pieds nus”.

Dans son intervention, le guide Cheick Ibrahim Khalil Kanouté a déclaré que “nous n’allons pas planter de drapeau ou prendre des armes. Notre indépendance est en notre degré d’amour à l’égard du Prophète Mohamed (PSL). Tout ce dont nous avons besoin sur terre et à l’au-delà est possible grâce à notre foi vis-à-vis du Prophète Mohamed (PSL)”.

Il a surtout insisté sur la préservation de notre religion. Et d’ajouter que quiconque tentera de nous ôter celle-ci commencera par nous ôter notre vie. Le guide a rassuré que ce sont les leaders religieux qui mettront fin à la grave crise que traverse le Mali, car selon lui, un jour viendra, tous les protagonistes déposeront les armes pour suivre la voie du Prophète (PSL), celle de la paix.

Il a saisi l’occasion pour décrier la spoliation des terres de nos braves paysans par certaines riches du pays. Et de poursuivre que ce phénomène est devenu monnaie courante au Mali. Ce qui est sans nul doute une source de conflit du fait que les paysans sont chassés de leur lieu de subsistance. “Vous parlez d’indépendance tandis que toutes nos terres ont été vendues aux Blancs et rien ne nous appartient. A titre d’exemple, le Sénégal a vendu toute la mer à des investisseurs européens. Ainsi, les Sénégalais ne peuvent plus pêcher comme ils veulent sur la mer”, a-t-il déploré.

S’agissant du cas du Mali, le guide ajoutera que toutes les terres ont été vendues. “L’argent est la principale cause de cette liquidation de nos terres. Il a permis d’acheter nos grands hommes, nos grandes personnalités religieuses. Pour que nous soyons indépendants, il faut que nous réduisions à priori la place du bien matériel (argent) dans notre société et en second lieu, il faut que nous appliquions la charia avec le fouet. Toute personne qui nie la charia de la religion divine doit être punie”, a martelé le guide, avant de saluer la présence des fidèles musulmans qui sont venus l’accompagner dans la célébration de la fête de la nuit du destin. “On peut capturer quelqu’un et le réduire à l’esclavage, mais nul ne peut retirer la croyance et la foi religieuse d’une personne”, a-t-il conclu.

Précisons que la cérémonie a pris fin par la remise de drapeaux et de fouets aux différents adeptes de la confrérie des “pieds nus” qui se sont fait remarquer au sein de cette communauté religieuse.

                                                            Boubacar PAÏTAO

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *