Le 22 Septembre 2015 sous le signe d’un espoir tant attendu : Malgré la crise politico-sécuritaire qui a secoué le Mali jusque dans ses fondamentaux, le pays tient toujours debout

C’est aujourd’hui, jeudi 22 septembre 2016, que le Mali, notre chère patrie, célèbre le 56ème anniversaire de son accession à l’indépendance. Cette 56è commémoration consécutive de la fête de l’Indépendance de notre pays, intervient sous le signe de l’espoir, après plus de trois ans de mandat du 5è Président de la troisième République, Ibrahim Boubacar Kéïta. L’espoir de retrouver l’unité nationale et la souveraineté du pays sur toute l’étendue du territoire national est là avec la signature d’un accord de paix les 15 Mai et 20 juin derniers à Bamako entre les parties prenantes à ce conflit, sous la houlette de la médiation internationale. Cette signature d’accord, bien que lente en application, suscite un petit espoir, chez le peuple.

armee-terre-soldat-gendarmerie-defile-militaire-fete-independance-malienne

Après les élections présidentielles de 2013, cet espoir de sortie définitive de crise animait la foi de tout bon Malien, soucieux de l’avenir du pays. De cette date à nos jours, si l’on dit que rien n’a été fait dans le sens du retour de la paix et de le Réconciliation, ce serait sans doute, de l’ingratitude envers le pouvoir. Mais aussi, vouloir dire aussi que tout est rose, ce serait aussi trop dire, un mensonge.

C’est dans ce contexte, fortement émaillé,  de visions différentes sur les avancées de la gouvernance et de la sortie de crise que le Mali, s’apprête à célébrer le 56è anniversaire de son indépendance.

Apres cette longue crise, le Mali, notre patrie, est bouleversé, il tangue, mais jamais  il ne chavirera. Certes, le pays va mal, mais des actions sont en train d’être posées tous les jours.

Ces actions sont surtout relatives à la recherche de la sécurité, de la paix, de la création de l’emploi, et de l’amélioration de cadre de vie, en matière de la santé, de la promotion de la femme et du développement social.  Les acquis de gouvernance, dans ces dernières années concernent pratiquement tous les secteurs de la vie sociale.

La paix et la sécurité

Depuis l’année dernière, la refondation de l’armée est en marche avec plusieurs initiatives, dont le programme de formation des éléments initié par l’Union Européenne ; des recrutements en cours au sein des Forces Armées Maliennes (FAMa) ; l’adoption de la Loi d’Orientation et de Programmation  Militaire sur 5 ans pour un coup énorme de 1 230 milliards 563 millions 972 mille 349F CFA.

Il s’agit d’améliorer la capacité opérationnelle des unités combattantes, améliorer le soutien logistique, assurer la mobilité opérationnelle ; améliorer le cadre de vie et de travail des troupes. Cela se poursuit dans un moment où le pays traverse une passe difficile, très difficile dans son existence.

Sachant qu’il est touché dans ensemble par un tourbillon d’attaques terroristes d’une violence inouïe. Ce phénomène terroriste est devenu aujourd’hui, le quotidien du monde entier, même dans les pays disposant de moyens militaires et sécuritaires colossaux.

La vaste réforme mise en œuvre touche l’ensemble des services et structures des forces armées et de sécurité maliennes. Il s’agit de la Direction Sociale et Santé des Armées (DSSA), les Transmissions, l’Artillerie, le Régiment des Commandos Parachutistes, l’armée de terre, de l’Air, le génie militaire, la Garde Nationale, la Gendarmerie Nationale, la Police Nationale, la Protection Civile, la Conservation de la Nature, la Douane, les écoles militaires…

A la veille de la célébration du 55ème anniversaire de l’indépendance, le président de la République  Ibrahim Boubacar Keita a renouvelé le parc de la cavalerie de la Gendarmerie Nationale avec 17 chevaux. Le Général Abdoulaye Soumaré, 1er chef d’état-major général de l’armée malienne a dit ceci : « …Qui sait à la fois douter et croire, douter et vouloir, douter et agir est sauvé… ».

Malgré la crise politico-sécuritaire  qui a secoué le Mali jusque dans ses fondamentaux, le pays  tient toujours debout. Et la signature de l’accord de paix en est la confirmation.

Paix et Réconciliation :

Comme avancées significatives, pour la paix et la réconciliation, le Directeur de la communication et des relations publiques de la Présidence, monsieur Racine Thiam, lors de sa dernière rencontre avec la presse malienne, a soutenu que, la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation, entre les différentes parties, intervenu, il y a une année, a porté fruit. A l’en croire, aucun mouvement armé du nord ne demande encore la partition, ou l’indépendance d’une partie du pays. Il a précisé aux hommes des médias que les attaques terroristes sont différentes, des actions des groupements armés du nord de notre pays.

Dramane Siaka

Source: Mali-Flash

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *