La Police malienne ? Du folklore !

Savez-vous à quoi s’adonne la police malienne au moment où les soldats de l’armée tchadienne, BARKHANE, de la MINUSMA, de MISAHEL, au risque de leur vie, traquent les jihadistes et séparatistes partout où ils se trouvent ? Non ? Eh bien, elle, traque les véhicules «CH» à Bamako. Et à tort !

police malienne patrouille

Des éléments de la police on en effet consacré tous leur temps et énergie, le week-end dernier, à traquer les véhicules  non immatriculés et portant plaques minéralogiques «C.H». Plus d’une centaine de ces véhicules ont été raflés et conduits au GMS.

Nous n’affirmons pas que les propriétaires de ces véhicules sont dans la légalité. Loin s’en faut. Mais presque au même moment, des braqueurs tuaient et volaient à travers la ville. Au quartier Missira en commune II, un boutiquier s’est vu braqué jusque dans son magasin. Il fut ligoté, bâillonné et sa maigre pitance emportée par les jeunes braqueurs.

Encore presqu’au même moment, un autre voleur est appréhendé par la population et brûlé vif au quartier Hippodrome en C II du district de Bamako Ces atrocités sont devenues le quotidien des Bamakois depuis un certain temps.  Il ne se passe d’ailleurs un seul jour sans qu’un citoyen soit braqué voire tué pour son engin, ou qu’un braqueur soit lynché et brûlé par la population en colère. Quant aux trafiquants de drogue, eux,  se la coulent désormais douce. Ils ne sont plus inquiétés. A propos, des indices très probants concordent pour dire qu’ils bénéficient depuis un certain temps d’une protection efficace. Nous y reviendrons dans nos prochaines livraisons.

En attendant,  nous signale-t-on, des malfrats ont justement défié la police en disant à qui veut l’entendre qu’ils ne feront plus de cadeau et qu’ils s’accapareront de 1000 engins à l’occasion des fêtes de fin d’année et au détriment de la vie des usagers, s’il le faut. Ils sont, malheureusement en passe de réussir leur pari face à une police préoccupée par des broutilles.

Faut-il, en outre souligner que les propriétaires de véhicules incriminés sont nombreux à avoir engagé le processus de normalisation et que la lenteur émane plutôt des services techniques ? En tout état de cause, l’essentiel, c’est d’abord la sécurité des populations. Et elle est loin d’être garantie ni par ce procureur défenseur autoproclamé de la veuve et de l’orphelin, ni par cette police qui confond visiblement un homme pendu à un homme cravaté.

Diarrassouba

 

SOURCE: La Sentinelle  du   23 déc 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.