La pandémie du coronavirus : La grande inattention des Maliens

Malgré les mesures de prévention prises par le Conseil Supérieur de la Défense Nationale contre la pandémie du coronavirus, les Maliens continuent avec les regroupements nombreux de plus de 50 personnes. La pandémie du coronavirus est à nos portes.

 

Que le coronavirus soit une maladie inventée, fabriquée ou pas, c’est une réalité. Les Maliens ne prennent pas du tout au sérieux l’existence du virus. Raison d’y croire. Car le virus a fait des dégâts sur son chemin, dans les grosses Nations, les grosses puissances mondiales. Minimiser le risque de contamination serait s’amuser avec la santé publique et de ses concitoyens. La plupart des pays frontaliers du Mali sont sérieusement infectés par la pandémie. Alors, au temps le prendre au sérieux. Plusieurs personnalités du Burkina Faso ont été contrôlées positives, dont quatre ministres en tout. Beaucoup pensent que le virus ne peut pas tuer un Africain ou un noir, le pays des hommes intègres vient d’enregistrer son premier cas de décès. En effet, au Mali les mesures prises par le Conseil Supérieur de la Défense Nationale le 17 mars dernier ne sont pas en train d’être respectées. C’est-à-dire, éviter scrupuleusement les regroupements de plus de cinquante personnes, en mettant un accent sur les mariages, baptêmes et funérailles. Or, le dimanche dernier, les festivités étaient au comble, dans les mairies et les rues, chose qui a suscité la réaction du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général de division, Salif TRAORE. Ce dernier  déclarait sur la chaine nationale à 20 h que : « Beaucoup de nos concitoyens n’ont pas encore compris la gravité de ce qui nous guette. La maladie n’est pas encore chez nous, mais aujourd’hui nous sommes dans la phase II pour combattre déjà cette maladie-là. Le gouvernement a pris des mesures de restriction, et il est donc obligatoire pour tout le monde de respecter ces mesures. Nous avons vu que dans plusieurs mairies, beaucoup d’endroits à Bamako, les festivités continuaient comme si de rien n’était. Aussi, certains nombres de restaurants, de Boîtes de nuit, etc. restent ouverts malgré les interdictions. Nous lançons un appel solennel et informons les gens que les dispositions prises par le gouvernement seront respectées par tous les moyens, parce que nous n’avons pas d’autres choix. Car il ne faudra pas que nous laissions la porte à cette maladie. » Est-ce, à dire que les mesures seront respectées, quels que soient les moyens, violences entre autres ? Un homme averti en vaut deux. Néanmoins, ces mesures déployées par le gouvernement de la République du Mali ne seraient pas appréciées par Mohamed Mahi Ouattara, imam et prêcheur à Sébéni Coro qui dit que : « Laissez les gens venir à la mosquée pour les prêches sinon ils deviendront fous. L’État a pris des mesures sans les respecter, car ils n’ont pas pu empêcher l’atterrissage des avions à l’Aéroport, et ils veulent que les mosquées soient fermées. »

Moriba DIAWAR

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *