Koulouba : grogne des épouses de bérets rouges dans le camp de la garde présidentielle !

Il y a eu ce matin un mouvement d’humeur de la part des femmes de bérets rouges logées dans le camp de la garde présidentielle à Koulouba. Ce mouvement d’humeur a entrainé des perturbations de la circulation au niveau du camp où des pneus ont été brûlés et des barricades érigées. Selon des informations que nous avons recueillies sur place, ces femmes y sont logées depuis le temps où leurs époux assuraient la garde du palais présidentiel, c’est-à-dire pendant le règne du président Amadou Toumani Touré. Mais depuis la transition, ce rôle est désormais dévolu à la garde nationale. Autrement dit, la paternité du camp revient maintenant à la garde nationale.

Les épouses des bérets rouges devraient normalement quitter le camp depuis lors, mais elles ne l’ont jamais quitté. Il semble que la cohabitation devient de plus en plus difficile entre les deux parties, c’est-à-dire les épouses des bérets rouges et celles des gardes. Cela est-il allé jusqu’à la coupure de l’eau et l’électricité dans les logements des épouses de bérets rouges ? C’est ce que certains avancent, mais nous n’avons pas eu assez de précisions sur cette question. Dans tous les cas, les épouses de bérets rouges ont manifesté leur colère ce matin devant le camp où des barricades ont été dressées pour empêcher la circulation. C’est l’intervention des éléments du 8earrondissement, épaulés par des éléments de la gendarmerie, qui a vite mis les choses dans l’ordre. Les pourparlers sont toujours en cours à l’intérieur du camp. Souhaitons qu’une solution soit trouvée à l’amiable.

 

Abdoulaye Diakité  

 

La rédaction 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *