KOROFINA – NORD, COMMUNE I DU DISTRICT DE BAMAKO

L’ancien P.M Diango SISSOKO porte plainte contre des promoteurs d’une maison-close, un fumoir de chicha et une boulangerie clandestine

 

C’est la plainte de l’ancien Premier Ministre Diango SISSOKO qui aura permis à la police du 6ème arrondissement de mettre fin aux activités d’une boulangerie clandestine ainsi que d’une maison-close servant également de lieu de consommation de chicha et autres drogues sis à Korofina-Nord, non loin de la mairie de la Commune I du District de Bamako. Le commissaire TAPPA DIALLO a décidé de sévir !
LES FAITS: Un appartement enfumé à cause de la présence d’une boulangerie et une maison-close servant de gîte aux fumeurs de jeunes délinquants de la commune I.
Et toutes ces activités étaient dissimulées sous le couvert de la Boulangerie «SAVEUR DU PAIN» appartenant à une nommée Hawa SY. ( voir la video jointe )
Malheureusement pour les locataires et habitués des lieux, l’antre était contigue au domicile de DIANGO SOSSIKO, premier Ministre sous la transition (2012). Et la fumée envahissait régulièrement les appartements de celui-ci, y compris les chambres à coucher. Impossible de respirer. Sans compter les bruits des fours de la boulangerie et les tapages des fumeurs de chicha et d’autres produits dopants.
Et l’ancien PM n’était pas seul à souffrir le martyr. Les voisins aussi n’en pouvaient plus d’inhaler ces fumées incommodantes et de supporter les tapages à toutes les heures de la journée et de la nuit.
Inquiet de l’état de santé des membres de sa famille, Monsieur Sissoko dut faire appel à un médecin et le diagnostic confirma l’inhalation de produits toxiques préjudiciables. C’est donc en vue de protéger sa santé et des siens que l’ancien PM entama des démarches appropriées.
Il écrivit ainsi une lettre à la Mairie de la Commune I du District de Bamako, le 15 juillet 2019 dans le but de faire respecter la loi sur le bon voisinage.
Mais, ô rage ! Ô désespoir ! La correspondance resta sans suite ! Et pour cause. La mairie de la commune I du District de Bamako perçois régulièrement la somme de 175 000 F CFA en guise de taxe communale de la part des responsables de ladite boulangerie. Une sorte de permis d’empoisonner, voir de tuer !
Nous avons pu nous procurer le document attestant du marchandage, appelé «Avis» portant sur la somme à payer à la mairie en date du 21 /06/ 2019. Le signataire est un nommé CHEICK KEITA de la Mairie de la Commune 1.
C’était tout simplement surréaliste ! Des empoisonneurs sans foi ni loi, au seul motif qu’ils payaient des bakchichs à la mairie, pouvaient ainsi continuer à importuner, voir à asphyxier la population !
Mais DIANGO SISSOGO, pour qui le connait, est un homme opiniâtre qui ne lâche pas si vite ! Il décida alors de porter plainte auprès du PROCUREUR de la commune I du District de Bamako pour trouble aux conditions de vie de sa famille et celle des voisins (Hygiène, santé, intimité et nuisance).
A la date du 13 aout 2019 aux environs de 11 heures, sa plainte atterrit sur la table du très respecté et bouillant commissaire TAPPA DIALLO. Alors sans tarder, le Commissaire ordonna à son service de Recherche d’aller interpeller le gérant de ladite Boulangerie.
Alors le nommé Madane ANN faisant office de Gérant et employé de Hawa SY fut interpellé par les limiers.
Et à la suite des investigations menées par le Compol TAPPA, il est apparu que le promoteur est en possession d’un document d’implantation de la Boulanger à Souleymanebougou cercle de Kati Région de KOULIKORO, non à Korofina-Nord en Commune I du District. Et il y a pire !

Notre promoteur n’a aucun document, ni de la Mairie, ni des services technique appropriés pour l’installation de la Boulangerie située à l’emplacement sus-indiqué (Korofina Nord lot n°J/14 du lotissement).
Quant à la maison-close et au fumoir de Chicha, ils n’étaient même pas déclarés.
La situation se résumait ainsi : une boulangerie clandestine exploitant illégalement une maison-close servant également de lieu de consommation de drogues !

Et pourquoi donc la mairie de la Commune I percevait jusqu’à ce jour, de l’argent de ces activités clandestines ? C’est dire tout simplement qu’elle est complice et encourageait au demeurant, la délinquance et la dépravation des mœurs.
Pour des besoins d’enquête, le commissaire TAPPA DIALLO décida d’interpeller tout le personnel de la boulangerie et de la maison-close. Une dizaine de personnes se trouvent actuellement en garde-en-vue.
Il ressort de nos propres investigations, que le véritable promoteur et de la Boulangerie, de la maison-close ainsi que du fumoir réside à Sikasso, loin des émanations, des gaz toxiques et des tapages de son «industrie» à Bamako.
Le commissaire Diallo jure de faire toute la lumière sur cette affaire. Le Groupe Kojugu Kelebaa aussi !
Il nous revient que des négociations sont en cours en vue d’étouffer cette affaire qui va au-delà de la simple plainte du Premier Ministre Diango SISSOKO.
Le Groupe Kojugu Kelebaa se joint aux victimes pour mener le combat à terme.

A suivre donc !

Source : LE GROUPE KOJUGU KELEBA’A

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *