PRISON CENTRALE: Bakary Togola libéré contre 3,2 milliards F CFA

Ecroué depuis bientôt un an, Bakary Togola est autorisé à recouvrer la liberté moyennant le paiement d’une caution de 3,2 milliards de F CFA, à cause de sa santé dégradante. Seulement, le Procureur du Pôle économique et financier, qui n’est pas d’accord, a interjeté appel.

Le 14 juillet 2020, le juge d’instruction en charge du dossier Bakary Togola au niveau du Pôle économique et financier lui a accordé une liberté sous caution non sans en fixer le montant. Pour être élargi, le prévenu doit s’acquitter de la somme de 3,200 milliards de F CFA.

Pour le moment, l’ex-président de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture du Mali (Apcam) et de la Confédération des Société coopératives des producteurs de coton (C-SCPC) reste toujours en détention dans une clinique de la place, à cause de sa santé précaire. Son élargissement est attendu avec beaucoup d’impatience par les siens pour son évacuation sanitaire.

En attendant, l’ordonnance du juge d’instruction a fait l’objet d’appel par le Procureur Mahamoudou Kassogué (qui est dans son bon droit) auprès de la Cour d’appel. Même si M. Togola parvient à libérer la caution d’une manière ou d’une autre, l’appel du Procureur Kassogué risque de retarder sa libération de plusieurs semaines, à cause des lenteurs de procédures.

Malade chronique, Bakary Togola a subi récemment une intervention à cœur ouvert ici même à Bamako. Malgré cela, sa santé s’est davantage fragilisée. Avant cette intervention chirurgicale, il a plusieurs fois piqué des crises qui ont nécessité son évacuation d’urgence dans une clinique de la place où il séjourne d’ailleurs depuis des mois. C’est ainsi qu’il est devenu un prisonnier encombrant entre les mains de la justice malienne et de la Direction nationale des affaires pénitentiaires et de l’éducation surveillée. Sa mise en liberté sous caution est considérée comme purement humanitaire de la part de nombreux acteurs de la justice.

Bakary Togola est en prison depuis septembre 2019, inculpé pour « malversation »« détournement » et « faux et usage de faux » sur la ristourne des cultivateurs de coton pour un montant estimé à plus de 9 milliards de F CFA. D’autres collègues membres du bureau ont été aussi accusés comme lui. Il s’agit notamment des présidents des bureaux de la C-SCPC de Koutiala, Sikasso Kita et Fana.

Abdrahamane Dicko

Source: Mali Tribune
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *