Justice malienne : la ministre Mallé promet de mettre de l’ordre

 

maitre moctar mariko avocat president association malienne droit justice homme amdh

L’Association malienne des droits de l’homme (AMDH) a tenu son 9e congrès ordinaire le samedi dernier au siège du Patronat du Mali, sous la présidence de madame le ministre de la Justice, Garde des Sceaux et des Droits de l’Homme. A l’issue de ce congrès, Me Moctar Mariko a été réélu à la tête de l’association pour un second mandat de 3 ans.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du représentant de la Fédération Internationale des droits de l’homme (FIDH), l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali, des représentants de Misahel, de l’Union Européenne, de la Minusma et des organisations de la société civile.

C’est en 1988 que l’AMDH a été créée à l’initiative de Me Demba Diallo. Elle a pour mission, la défense des libertés et des droits fondamentaux de la personne humaine. Elle est considérée comme étant la première organisation de défense de droits de l’homme constituée au Mali pour diffuser et promouvoir l’idéal des droits de l’homme à travers la lutte contre l’impunité.

Les premières actions de l’AMDH ont été menées en faveur du monde carcéral, notamment dans la lutte contre la détention préventive abusive, de l’assistance juridique aux détenus sans mandat de dépôt. Elle s’est battue pour une presse indépendante au Mali. S’y ajoute son combat mémorable contre la dictature et le monopartisme.

L’AMDH couvre aujourd’hui toute l’étendue du territoire national à travers son Bureau national, ses sections régionales, ses comités au niveau cercle et ses cellules au niveau communal.

Me Moctar Mariko est le 5e président à prendre les rênes de l’AMDH en 2011. Il a été réélu, samedi dernier, pour un second mandat de 3 ans. Me Mariko a saisi l’occasion pour interpeller la ministre de tutelle sur les dysfonctionnements de la justice malienne et notamment sur l’inexécution des décisions de justice, la lenteur dans les procédures judiciaires, l’injustice dans les décisions de la justice, la problématique du foncier, l’accès insuffisant aux services sociaux de base, le chômage, etc.

Madame la ministre a félicité Me Mariko pour les résultats positifs engrangés lors de son premier mandat. Elle a rappelé que l’AMDH a été de tous les combats pour la dignité humaine. Grâce à l’AMDH, a-t-elle ajouté, des résultats probants ont été atteints dans la lutte contre l’impunité au Mali.

“Je m’engage à mettre un terme aux multiples dysfonctionnements de la justice malienne” a affirmé la ministre de la Justice, Garde des Sceaux et des Droits de l’homme, Sanogo Aminata Mallé. Avant d’annoncer l’élaboration très prochaine d’une politique nationale des droits de l’homme.

Pour le représentant de la FIDH, Florent Geel, s’il y a une organisation sérieuse de défense de droits de l’homme au Mali, c’est bien l’AMDH. Ses activités d’alerte et de défense des droits humains lui confèrent, dit-il, une crédibilité incontestée sur le plan national et international.

Au cours de son second mandat, le président de l’AMDH entend consolider les acquis à travers le renforcement et la consolidation de l’association et de ses démembrements régionaux et locaux et d’informer et de sensibiliser les victimes de la crise malienne sur leurs droits et devoirs. Aussi, il y a la question d’élaboration d’un plan stratégique triennal en vue d’apporter des réponses adéquates aux préoccupations des citoyens.

M’Pè Berthé

Source: Delta News

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *