Justice : LA VOLONTE DE CHANGEMENT REAFFIRMEE

La justice est un élément fondamental en démocratie et dans la vie en communauté. Elle l’est encore plus dans le contexte actuel de notre pays qui sort d’une crise sans précédent. Mais la justice est confrontée à des difficultés multiformes qui font que nombre de nos compatriotes la juge peu crédible. La volonté de changement au niveau du système a été réaffirmée mercredi par le nouveau ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Mahamadou Diarra, qui rencontrait les services relevant du département, les syndicats et les ordres judicaires.

Ministre logement Mahamadou DiarraLe ministre s’est rendu aux directions nationales de l’Administration de la justice, des affaires judiciaires et du sceau, de l’Administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée, à l’Inspection des services judiciaires et à l’Institut national de la formation judiciaire, avant de rencontrer les responsables du syndicat des surveillants de prison, de l’Association des jeunes magistrats, du Syndicat libre de la magistrature, du Syndicat autonome de la magistrature, du Syndicat des greffiers et secrétaires de greffe et parquet et de la Section syndicale de la justice. La cellule de planification et de statistique, l’Ordre des huissiers de justice, et la Chambre nationale des commissaires priseurs ont également reçu la visite du ministre.

Les difficultés signalées à chaque étape se rejoignent : manque de moyens humains et financiers, insuffisance des équipements, déficit de communication entre les structures qui doivent pourtant être complémentaires. « Les problèmes du système judiciaire sont connus. Il nous faut ensemble trouver les solutions afin que le citoyen ait à nouveau une bonne perception de la justice », a préconisé le ministre Diarra en soulignant que l’élaboration des politiques dans le secteur doit se faire dans un esprit de partenariat aux bénéfices des acteurs et du justiciable.
Le ministre qui a discuté avec les différents syndicats de leurs préoccupations, a promis notamment de diligenter le projet d’élaboration du statut particulier des surveillants de prison. Mahamadou Diarra a évoqué la nécessité de renforcer la communication au sein de la justice pour capitaliser les succès et développer la transparence. Il a exhorté les acteurs de la justice à jouer pleinement leur rôle en identifiant les problèmes et leurs solutions. Le ministère va se charger d’assurer la coordination et la recherche des moyens adéquats.
Be COULIBALY

SOURCE : L Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.