JUSTICE : Au tribunal de la commune V, on ne fait pas la différence entre homicide volontaire et légitime défense

L’affaire du Sergent de police Oumar Tobina, en service auprès du Commissariat du 11èmearrondissement de Bamako est-t-il classée ou acquitté ?

 

À titre de rappel, le 11 janvier 2018 un vendredi, vers 11 heures, Tobina et 3 de ses camarades ont été désignés pour une mission d’interpellation à Kalaban Coura en face de la mairie. Un drogué répondant au nom d’Oumar Ballo, qui voulait coûte que coûte tuer sa propre sœur. En voyant le véhicule de la police venir vers lui, le drogué a pris ses dispositions. L’agent Tobina lui a suivi, il aurait surpris ce dernier avec une arme blanche. L’agent Tobina coincé entre le mur et le couteau du drogué, a reçu un premier coup de couteau dans la paume de sa main et un second dans le ventre. Ainsi, se voyait mourir, en légitime défense, il s’est servi de son arme de service pour lui tirer une balle à la jambe. Mais cela n’aurait rien changé dans son envie d’en finir avec le policier. Tobina était sans défense, vu que nos policiers n’ont pas assez de matériels pour maîtriser les personnes dans de telles circonstances, alors le drogué aurait encore percé la paume de la main de Tobina dans l’intention de lui planter le couteau au cœur. Automatiquement, Tobina lui a alors mis balle mortelle au ventre.

En effet, 2 mois après, Tobina a été mis aux arrêts, un mercredi passé. La scène s’est déroulée devant des témoins oculaires, qui sont venus témoigner, mais les juges n’ont pas pris cela en compte.

Sous la gestion du commissaire de police Mamadou Minta, le tribunal de la commune V a  tenté de qualifier cet acte d’autre chose. Et récemment ils ont touché ce même dossier en le qualifiant d’homicide volontaire pendant que c’était de la légitime défense. Nous nous demandons en réalité, si au niveau de la commune V, si les hommes du procureur Doumbia font la différence entre un homicide volontaire et la légitime défense.

Enfin, nous nous adressons au  Ministre de la justice et des droits de l’Homme, Garde des sceaux, Mr Malick Coulibaly, pour qu’il s’imprègne personnellement de ce dossier.

 

Ben Abdoulaye LE CONFIDENT 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *