Affaire des bérets rouges, Amadou Sanogo sera jugé

Amadou Sanogo devrait répondre devant une juridiction malienne des accusations qui pèsent sur lui. Dans le cadre de l’affaire des bérets rouges tués, la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Bamako a estimé dans son arrêt que l’ex-chef de la junte militaire est le commanditaire de ce drame, a-t-on appris de rfi.

general amadou haya sanogo putschiste militaire

Amadou Sanogo est poursuivi pour deux chefs d’inculpation

Amadou Sanogo avait été mis en examen pour « complicité d’enlèvement et d’assassinat » et sera finalement poursuivi pour ces deux chefs d’inculpation. La chambre d’accusation de la Cour d’appel de Bamako, dans son verdict, considère que l’ancien chef du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’État devra comparaître pour les faits qui lui sont reprochés.

Le Colonel major Soungalo Coulibaly, porte-parole du collectif des proches des victimes, réagissait il y a peu aux rumeurs qui évoquaient la libération du Général Amadou Sanogo : « On veut un jugement diligenté. On ne nous dit rien du tout. On veut rencontrer des autorités, personne ne veut nous rencontrer. Donc cela veut dire qu’il y a quelque chose qui cloche. En tant que parents des victimes, nous ne sommes pas d’accord. On veut que le jugement soit fait avant leur libération. »

Rappelons que des bérets rouges, au nombre de vingt et un, ont été retrouvés morts après le putsch de mars 2012 contre Amadou Toumani Touré dit ATT à Diago (à quelques encablures de Bamako). Son Avocat, Me Cheick Oumar Konaré, se dit confiant. Il l’a assuré bien avant le verdict de la haute instance judiciaire malienne : « Mon dossier est défendable et je le ferai. »

Par ailleurs, le Général Sidi Alassane Touré, ex-chef de la Sécurité d’Etat, et neuf autres détenus sont désormais libres pour insuffisance de preuves. Quant à l’ancien chef d’état-major des armées, le général Dahirou Dembélé, et l’ancien ministre de la Défense, le général Yamoussa Camara, ils sont poursuivis pour « complicité d’assassinat ».

Selon vous, l’arrêt de la Cour d’appel de Bamako qui incrimine le Général Amadou Sanogo est-il justifié ou arbitraire ?

Source: Afrique sur 7

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *