Accusés de trafic et complicité de trafic de stupéfiants : Mandala Traoré écope de 18 mois de prison, Konimba Bouaré de 10 ans par contumace et les autres acquittés

La première édition de la Cour d’Assises 2018, dans son audience d’hier mercredi 23 mai, a tranché une affaire de trafic local de stupéfiants et complicité de trafic, avec comme accusés; cinq présumés coupables,  Mandela Traoré, Oumar Doumbia, Seriba Traoré, Bassabou Ongoïba et Konimba Bouaré. À l’issue de toutes les procédures requises, Mandela Traoré et Konimba Bouaré ont été jugés coupables des faits et condamnés à des peines de 18 mois et de 10 ans par contumace. 

L’information fournie par une personne anonyme a permis à la Brigade de la lutte contre les stupéfiants, dans la nuit du 3 au 4 novembre 2016, aux environs de 20h, de procéder à une intervention près de l’autogare de Sogoniko, en Commune VI du District de Bamako. C’est ainsi que les agents procédèrent, dans un premier temps, à l’interpellation  de deux individus à bord d’un tricycle en possession de sacs contenant des briques d’herbe de cannabis. Il s’agissait des nommés Konimba Bouaré et Bassabou Ongoïba. Rejoignant ces deux individus  au même endroit, les nommés Mandela Traoré et Oumar Doumbia, ont été interpellés à leur tour, par les Agents de ladite Brigade alors qu’ils étaient à bord de leur véhicule de service Rav4, immatriculé AT-2990-MD, dans lequel véhicule  se trouvait  des sacs contenant du cannabis.

Ensuite, une perquisition  au domicile de Mandela Traoré a permis de saisir  le restant des sacs d’herbe de cannabis dans sa chambre et l’interpellation du nommé Seriba Traoré, trouvé sur les lieux. Au total, l’opération a été soldée par la saisie de 338 briques d’herbe de cannabis.

À l’issue des interrogatoires, Mandela Traoré a été reconnu être le Responsable des sacs de cannabis saisis qu’il se proposerait d’acheminer à Kayes à la demande d’un certain Housseyni Traoré dit Mossi dont il disait être le vrai propriétaire. Oumar Doumbia, quant à lui déclara avoir répondu à une sollicitation de Mandela Traoré pour transporter une partie des sacs pour les déposer  et de les déposer au niveau d’un garage près de l’auto gare de Sogoniko sans connaitre le contenu. Pour Konimba Bouaré, propriétaire du tricycle en cause, il expliqua également avoir été interpellé en possession des sacs de cannabis pour les avoir transportés au domicile de Mandela Traoré, plus précisément dans le garage où ils devaient être déchargés, mais sans savoir  leur contenu. Donc, Bassabou Ongoïba et Seriba Traoré nièrent également toute implication dans cette affaire de Mandela Traoré. Le premier ayant soutenu avoir été interpellé alors qu’il escortait les sacs de cannabis suite à une sollicitation de Mandela Traoré sans avoir la moindre idée sur les contenus, le second expliqua son interpellation par le fait qu’il a été  trouvé sur les lieux au moment de la perquisition  au domicile de Mandela Traoré, son frère, avec qui il partageait la même chambre. À l’issue des enquêtes, Mandela Traoré, Oumar Doumbia, Bassabou Ongoïba, Konimba Bouaré et Seriba Traoré ont tous été poursuivis et inculpés pour trafic local de stupéfiants. Le nommé Housseyni dit Mossi, poursuivi aussi pour trafic local de stupéfiants, n’a pu être identifié, ni au cours de l’enquête préliminaire, encore moins au cours de l’information  judiciaire. C’est pour cette raison qu’il y a lieu de faire application des dispositions de l’article 182 du code de procédures pénales en le considérant comme auteur inconnu. Les deux autres, Mandela Traoré et Oumar Doumbia ont été inculpés de trafic local de stupéfiant, conformément aux dispositions de l’Article 96 de la loi N°01-078 du 18 juillet 2001 portant sur le contrôle des drogues et des précurseurs.

À la barre, devant le Président de la Cour d’assises, Mandela Traoré a été déclaré coupable des faits, mais a pu bénéficier des circonstances atténuantes. C’est ainsi qu’il a écopé 18 mois de prison alors qu’il est en détention provisoire depuis le 13 janvier 2017.

Konimba Bouaré, pour sa part, a eu 10 ans de prison par contumace et  Bassabou Ongoïba, Seriba Traoré et Oumar Doumbia, eux, ont été tous acquittés.

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *