Abdoul Niang et Bouba Fané « regrettent déjà leurs actes »: La radio Émergence demande « pardon » aux magistrats

Messieurs les Présidents du Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM) et du Syndicat Libre de la Magistrature (Sylima).

Objet: Lettre de pardon.

Messieurs les Présidents,

Nous avons suivi avec un grand regret la condamnation de notre Directeur des programmes, Monsieur Abdoul Niang, Journaliste et communicateur et Monsieur Boubacar Soumaoro, lors de l’audience du 31 octobre 2019 du tribunal de grande instance de la commune V du district de Bamako suite a une plainte commune de vos deux syndicats.

Les missions de la magistrature et de la presse, si elles sont distinctes, concourent toutes à l’ancrage de la démocratie, aux respects des libertés et au renforcement de l’Etat de droit.

Les faits reprochés aux deux jeunes sont regrettables au regard de l’élan de restauration de l’état de droit amorcé par les plus hautes autorités à travers la justice depuis quelques mois.

Les deux jeunes regrettent déjà leurs actes et ont pris la mesure de la situation.

Au nom des accusés, de leurs familles, nous présentons nos sincères excuses aux deux syndicats des magistrats et sollicitons votre clémence pour que ces deux jeunes, soutiens de familles, puissent recouvrer la liberté.

Recevez, Messieurs les présidents nos salutations les plus distinguées.

Bamako, le 4 novembre 2019

L’administrateur Délégué

Seydou Oumar Traore

malivox

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *