Journée panafricaine : un documentaire retrace les violences sexuelles subies par des femmes

Les femmes, encore plus vulnérables en zone de conflits. C’est le titre d’un documentaire projeté ce mardi 30 juillet 2019 à Bamako en prélude à la la journée panafricaine de la femme. Cette production fait le point sur les violences sexuelles commises à Tombouctou pendant l’occupation. Elle est réalisée par Studio Tamani en partenariat avec l’Institut Malien Recherche Action pour la Paix (IMRAP) avec le soutien de l’Union Européenne.expriment leur désarroi

A Tombouctou, beaucoup de femmes ont été victimes de violences pendant l’occupation. Et aujourd’hui, une bonne partie d’entre elles font face à une stigmatisation. Pour faire face à ces situations, Studio Tamani et IMRAP ont décidé d’apporter leurs contributions à travers la recherche et des productions audio-visuelles.
« Violence sexuelle à Tombouctou des femmes qui réagissent là dessus, nous l’avons projeté aujourd’hui pour que beaucoup de personnes puissent savoir qu’est-ce que ces femmes vivent au nord du Mali et faire quelque chose. Nous sommes l’intermédiaire entre ceux qui doivent apporter des solutions et ces personnes qui sont victimes », explique Mouhamadou Touré, Rédacteur en chef adjoint de Studio Tamani. Avant de poursuivre «Nous allons chercher l’information au niveau des victimes pour transmettre cela à qui de droit pour que des réponses puissent être apporter. Nous allons également vers les autorités et les ONG leur demander quel est le processus ? Comment est-ce que ces femmes, ces personnes peuvent avoir justice c’est ça notre rôle ».

La réalisation de ces productions audio-visuelles est précédée par une phase de recherche coordonnée par l’IMRAP. Ce processus permet de mieux traiter le sujet en identifiant les principaux acteurs. Fatoumata Chabane, Chercheuse à IMRAP. Elle revient sur le rôle de sa structure, l’IMRAP. « Sur le terrain, nous, nous identifions les acteurs à travers des personnes, des sources que nous avons dans chacune des localités et nous identifions ces acteurs, nous faisons des focus groupes avec ces acteurs là. Et c’est au cours de ces focus que nous identifions les personnes qui figurent dans nos différents films documentaires », explique-t-elle.

Au-delà des violences sexuelles en période de conflits, Studio Tamani et l’IMRAP traitent aussi d’autres violences des droits de l’homme auxquelles les femmes font face au Mali à travers le projet « promotion des droits des femmes » soutenu par l’Union européenne. Studio Tamani vous propose aussi toute cette semaine un motion design, un débat, un documentaire et des témoignages sur les violences conjugales diffusés sur ses 78 radios et télévisions partenaires.

Source: studiotamani

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *