Journée internationale de la Protection Civile : Les soldats du feu bientôt dotés d’une école ultra-moderne

La célébration au Mali de la Journée internationale de la Protection Civile a été marquée par la pose le lundi 1er mars 2021, à Sénou, par le Vice-président de la Transition, Colonel Assimi Goïta, de la première pierre de l’Ecole de la Protection Civile. L’infrastructure sera bâtie sur une superficie de 5 hectares pour un coût de 5 milliard FCF. Compte –rendu.

 

Le Mali a aussi célébré le lundi 1er mars 2021 la Journée internationale de la Protection civile dont le thème est cette année: «une forte protection civile pour préserver l’économie nationale». La cérémonie présidée par le Vice-président de la transition, Colonel Assimi Goita, s’est déroulée dans la Caserne des sapeurs pompiers de Sogoniko, en présence du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Colonel Modibo Koné, du Directeur général de la Protection civile, Colonel-major Seydou Doumbia, des membres du corps diplomatique accrédités au Mali et plusieurs autres invités de marque.

Instauré par l’Organisation internationale de la protection civile, la journée vise à non seulement rendre un hommage à tous les services  qui concourent aux missions de protection civile mais également, à rappeler aux soldats du feu leur mission de protéger la vie, de préservation des biens et de sauvegarder l’environnement.

Dans son mot de bienvenue, le Maire de la commune VI du district de Bamako, Boubacar Kéita, a salué le courage et la détermination des soldats de feu à affronter de tout temps les situations les plus difficiles afin de sauver des vies, préserver des biens et sauvegarder l’environnement.

Le Directeur général de la Protection civile, Colonel-Major Seydou Doumbia, s’est réjoui de la présence du vice-président de la transition pour magnifier la cérémonie. Selon lui, le Mali est pleinement en phase avec le thème de cette année. A en croire Colonel-major Doumbia, l’Organisation internationale de la Protection civile veut, à travers ce thème, alerter sur les conséquences économiques des catastrophes sur les infrastructures, les outils de production et les acteurs économiques. «Il est donc nécessaire de les protéger, car les catastrophes n’épargnent aucun secteur », a-t-il expliqué. Aussi a-t-il fait savoir, les impacts négatifs des catastrophes sur les économies rappellent l’impératif de repenser les stratégies nationales en prenant en compte les situations exceptionnelles sous l’angle de la Protection civile pour faire de nos communautés des populations résilientes au risque de catastrophes.

L’Ecole nationale de la protection civile, qui sera opérationnelle d’ici mars 2022, réitère la volonté politique affichée par les plus hautes autorités de la transition d’offrir à la Direction générale de la protection civile un cadre de formation répondant aux standards internationaux et véritable soutien aux unités opérationnelles, a souligné Colonel-major Seydou Doumbia. Il a saisi l’occasion pour mentionner quelques réalisations majeures intervenues à la protection civile au titre de l’année écoulée, notamment dans le domaine de renforcement des effectifs et de la formation  continue de nouveaux personnels se poursuivent conformément à la Loi de programmation militaire ‘’C’est ainsi que le contingent 2020, fort de 400 recrues, vient d’entamer une formation de quatre mois au centre d’instruction de Markala… ‘’.

Sur le plan du maillage territorial, il dit noter avec satisfaction l’ouverture des directions régionales de la protection civile de Nioro, Dioïla, Bougouni et Koutiala ainsi que la récente nomination des directeurs régionaux de Nara, San, Bandiagara, Kita et Douentza. «A cela s’ajoute le plan de maillage effectif qui permettra d’assurer des secours de proximité à nos populations sur toute l’étendue du territoire national».

L’un des temps-forts de la cérémonie a été le lancement de la plateforme d’alerte ‘’SOS Sécurité’’, une application mobile permettant à la population d’accéder à un certain nombre d’informations et de rester connectée en temps réel avec les services de secours.

Dans une interview accordée à la presse, après la pose de la première pierre sur le site de l’Ecole sur la route de Sénou, le Vice-président, au nom du Président de la Transition, a salué l’engagement des soldats du feu. C’est pourquoi la construction de cette école témoigne, dit-il, l’intérêt que les plus les hautes autorités portent envers la protection civile. C’est aussi la traduction concrète de la montée en puissance de ce corps qui fait la fierté de la population aujourd’hui.

Bintou Diarra

Source : Le Challenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.