Journée internationale de la liberté de la presse : La maison de la presse fait l’état de la liberté de presse au Mali

Le dimanche 8 mai 2022 se sont tenues à la maison de la presse de Bamako les activités de célébration de la journée internationale de la liberté de la presse. Cette journée était animée par une conférence-débat sur le thème « État de la liberté de la presse en cette période de transition au Mali ». C’était sous la présidence du président de la Maison de la presse, M. Bandjougou Danté.

En plus des responsables des faitières de presse, la célébration de cette  journée a également enregistré la présence de plusieurs journalistes. Avant tout propos, le président de la maison de la presse, M. Bandjougou Danté a  rappelé la précarité dans laquelle la presse malienne est plongée. « Cette précarité a comme conséquence la parution irrégulière des journaux, la diminution des heures d’émissions des radios sinon leur fermeture pure et simple, l’incertitude sur la vie même des télévisions confrontées aux lourdes charges et à une concurrence déloyale impitoyable, une presse en ligne qui ne demande que d’adoption de ses textes lui permettant de nettoyer son espace », déplore le président de la maison de la presse.

A ses dires, la révolution de mars 1991, des conditions très favorables ont été créées pour l’autorisation et l’exploitation des médias. Selon lui, ces conditions ont conduit le pays à la création de plusieurs radios (500) et une quarantaine de chaines de télévision. « Après la création de la Haute Autorité de la Communication (HAC) dans les années 2014, elle a réussi à assainir le secteur des médias notamment celui des radios par la régulation de leur situation administrative et aussi, à régulariser les télévisons déjà opérationnelles et fonctionnant illégalement », relate le président Danté.

Pour le président de la maison de la presse, la HAC demeure un précieux outil dans les Etats démocratiques modernes. « Elle peut et doit éviter à nos gouvernants la prise de décisions hâtives, inutiles et néfastes pour l’image du pays », estime-t-il.

Bandjougou Danté n’a pas manqué l’occasion pour signaler, un autre phénomène, notamment  la montée en puissance des sites d’informations sur les réseaux sociaux qui bousculent très sérieusement les médias classiques. Selon lui, cette digitalisation à des avantages comme des conséquences. « La digitalisation offre à la population l’interactivité entre celui qui informe et ceux qui reçoivent l’information ».

Outre, ses avantages la digitalisation a aussi des conséquences, selon le chef de la maison de la presse. Ces conséquences sont entre autres, selon lui, « la diffusion des fausses informations, la perte du terrain par les professionnels au profit des acteurs des médias sociaux sans ligne éditoriale et déontologiques, confusion totale au sein de l’opinion sur le rôle et le statut du journaliste… »

D’après M. Danté, la presse fut un des acteurs principaux de la naissance de la démocratie. « Aujourd’hui sous l’emprise du numérique, la presse cherche à se reconstruire et a besoin de l’assistance de tous les défenseurs de la liberté et de la démocratie et des droits de l’homme », a conclu le chef de la Maison de la presse.

Tioumbè Adeline Tolofoudié

Source: LE PAYS

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.